L’Alyah technique

Noya

NOYA

Tu as décidé de faire ton Alyah. OK. Tu as eu les rendez-vous à l’Agence Juive, les papiers, le visa, les dernières recommandations… Bref, tu es prêt et près du but. Mais tu as quand même face à toi 5000 kms qui te séparent de ton nouveau pays, 70 kilos de bagages et beaucoup d’interrogations. C’est normal, c’est un peu angoissant de ne pas savoir ce qu’il va se passer concrètement au cours des prochaines heures. Heureusement, ta fidèle (et non moins humble) servante qui a autant le sens du sacrifice que la langue bien pendue est là pour te dire comment tout va se passer, heure par heure, façon Jack Bauer. 


Vol pour Tel Aviv : H-3 

Au moment de choisir tes fringues, sois précautionneux. Coiffe-toi bien et soigne ton apparence, tu verras pourquoi c’est important un peu plus tard.   


Vol pour Tel Aviv : H-2 

Normalement à cette heure-ci, tu es à l’aéroport en train de te faire cuisiner par les agents de sécurité d’El Al. Qui a fait cette valise ? Quelqu’un t’a donné des choses à apporter ? Tu transportes des armes ? Tu connais déjà les questions par coeur mais tu y réponds chaque fois avec la même émotion, craignant de dire une connerie (bah ouais, on est jamais à l’abri) (surtout quand on a pas beaucoup dormi la nuit précédente). Attention quand tu vas passer à la pesée des bagages : tu as droit à 3 valises de 23 kilos chacune + un bagage à main de 12 kilos. Si jamais une de tes valises pèse 24 kilos, il ne t’arrivera rien, respire. En revanche si tu es au-delà, il te faudra payer 58 euros de supplément. C’est ça ou ouvrir ta valise et retirer du surplus. Sachant que tu t’es littéralement allongé dessus pour la fermer, mieux vaut ne pas tenter le diable et risquer de voir toutes tes affaires se répandre sur le sol. Allonge l’oseille et souris. 


Vol pour Tel Aviv : H-1 

Il va bientôt être l’heure de passer la sécurité et d’embarquer. Dis au-revoir une dernière fois à tous les gens qui sont venus t’accompagner, fais plein de photos que tu pourras regarder dans l’avion, embrasse-les, serre-les contre-toi (les gens, hein, pas les photos). Tu as même le droit de payer ta larme, on ne t’en voudra pas. Garde quelques mouchoirs en rab en cas de rechute un peu plus tard.  Arrivée à Tel Aviv : H-4 L’avion a bien décollé. Avec un peu de chance tu as un siège bien situé, de la place pour tes jambes, un voisin qui ne prend pas trop de place et un bon film qui va passer. Tant mieux. Sois vigilant quand le moment du plateau repas arrivera parce que tu n’auras pas le droit à l’erreur. Autant quand tu partais en vacances tu pouvais te planter et prendre les pâtes à la bolognaise et lorgner sur les boulettes de poulet de ton voisin en pensant qu’au retour tu prendras comme lui, autant cette fois-ci tu dois avoir bon dès le début pour la simple et bonne raison qu’il n’y aura pas de retour. Eh ouais. Alors fais le bon choix directement. Avant de faire ta sieste post-repas, fais un tour des applications de ton iPhone dont tu n’auras plus besoin et que tu peux effacer : RATP, UGC, chaînes de télé et autres (mais tu peux garder Tinder) (c’est même vivement conseillé). 


Arrivée à Tel Aviv : H-3

Tu devrais dormir, là. 


Arrivée à Tel Aviv : H-2

Tu peux éventuellement aller aux toilettes s’il n’y a pas le queue. 


Arrivée à Tel Aviv : H-1

Mais non, tu ne vas pas mourir, c’est juste une petite zone de turbulences. Calme-toi.   


Arrivée à Tel Aviv : Heure H

Avant même que tu n’aies le temps de rallumer ton portable, une personne du ministère de l’Intégration t’attendra avec un superbe panneau Olim entre deux escalators à la sortie de l’avion. Reste bien avec elle et les autres olim. Ensemble vous allez passer la sécurité et ton visa va être tamponné. Puis vous allez attendre une navette pour aller dans les bureaux du ministère de l’Intégration qui se trouvent au terminal 1. Attention : tout ce temps, tes valises resteront sur le tapis mais ne panique pas, personne ne te les volera. Promis. 


Arrivée à Tel Aviv : H+1

Le temps que la navette arrive, tu as eu le temps de fumer l’intégralité de la cartouche de clopes que tu as achetée au Duty Free. Avant qu’une dame ne t’appelle dans son bureau, tu peux manger un sandwich, du chocolat et des Bamba (pas nécessairement dans cet ordre) mis à ta disposition, boire un café ou une limonada chimique, profiter de la connexion WiFI et appeler la France dans la grande salle. Puis on va t’appeler, te demander ton nom, celui de tes parents, quelle caisse maladie tu choisis, de quelle couleur sont tes sous-vêtements (non, ça c’est faux, bien sûr) (c’était juste pour vérifier que tu suivais). Il est très important d’avoir à ce moment les 3 documents essentiels : ton passeport, ton certificat de judaïcité et ton acte de naissance. Sans eux, tu n’existes pas. On va ensuite te prendre en photo alors DECONNE PAS, fais un beau sourire et évite de fermer les yeux. Ces photos serviront à illustrer ta carte d’identité (teouda zeout) et ton passeport provisoire (teouda olé) donc tâche d’être à ton avantage parce que sinon tu es condamné à avoir honte de tes nouveaux papiers. Avoue que ça serait ballot.   

On va également te donner une carte SIM contenant 200 minutes d’appel gratos et le premier versement de ton panier d’intégration, soit 1250 shekels. Oui, tu es riche. Mais ne t’excite pas trop non plus, tu verras que ça va vite partir. Garde bien tout ce qu’on te donne à portée de main mais dans un sac qui ferme, il s’agit pas de tout perdre dès le premier jour. Tu fatigues ? C’est normal mais t’inquiète pas, c’est bientôt fini. Et puis arrête de te plaindre, un peu. Pense à tous les gens qui rêveraient d’être à ta place. 


Arrivée à Tel Aviv : H+2

Tu as tout, c’est bon ? Retour au terminal 3 via la navette. Tu vas retrouver tes valises qui t’attendent bien sagement sur le tapis. Prends un charriot pour pouvoir entasser tes 3 bagages et direction la sortie. Un taxi t’attendra, remets-lui juste le petit papier qui explique que comme tu viens d’arriver, pour toi ce n’est pas payant. Eh oui, ton premier trajet en tant que nouvel émigrant t’est généreusement offert. C’est pas pour plagier Fleury Michon mais franchement, « elle est pas belle la vie ? ».   


Arrivée chez toi

Tu es installé chez toi, chez un pote, un membre de ta famille, dans un oulpan… Peu importe mais ça y est, tu es en Israël, enfin, prêt pour ta nouvelle vie. Tu peux aller te vautrer dans un canapé devant la télé avec une bière mais n’oublie pas que demain, tu auras encore plein de choses à faire : ouvrir un compte en banque, prendre une ligne de téléphone, faire des courses, vider tes valises… ça te fatigue d’avance ? Alors va te coucher et repose-toi en attendant, tu l’as bien mérité. Beatsla’ha !

 

Noya

Noya

Avant, j'étais parisienne et je m'appelais Laëtitia, mais ça, c'était avant. Si je viens vivre en Israël, ce n'est pas pour le jus de mangue et la limonana, c'est parce que mon coeur et ma tête me le dictent. Et pour une fois que ces deux-là sont d'accord, je ne pouvais décemment pas laisser passer l'occasion.
Noya

Laisser un commentaire