Victoires et déboires des chercheurs d’appart à Tel Aviv

En plein dans mes mémoires de fin de Bachelor (je m’en suis inspirée pour le titre de mon article, c’est pour cela qu’il peut paraître familier à certains) je m’interromps car l’heure est grave.

Toi, futur stagiaire, étudiant ou Olé jeune solitaire et ingénu, tu quittes le bercail, ta valise pèse 23 kg pour ne pas payer d’excédent bagage, tu es prêt à prendre l’avion et arriver en Terre Promise. Toi, futur stagiaire étudiant ou Olé, jeune solitaire et ingénu, tu t’envoles vers Tel-Aviv et tu ne sais pas ce qui t’attend.

Tu sais que le frère du cousin de ton pote Dani va t’accueillir à ton arrivée pour quelques jours, le temps de trouver un joli petit appartement, près de la plage. Si tu savais les galères, peines et déconfitures que tu vas affronter, le sourire accroché à tes lèvres se crisperait quelque peu.

Voici un petit guide – tiré de mon expérience personnelle – sur les « do and don’t » de la recherche d’appartement à Tel Aviv.

– Sous-sol, rez-de-chaussée et étages bas : j’espère que tu acceptes de te réveiller avec un inconnu dans ton lit… L’angoisse du cafard.

En effet, si tu habites au rez-de-chaussée, tu as de fortes chances pour que ces adorables bêtes rampantes, luisantes, certes inoffensives mais ignobles, sournoises et effrayantes, élisent domicile chez toi. C’est encore plus fréquent quand l’immeuble est vieux ou l’appartement non rénové. Sinon, ne t’inquiète pas, même si ton appartement ne remplit aucun de ces critères tu auras aussi droit à ton lot de cafards géants (oui, ils ont subi une mutation à Tel-Aviv et maintenant ILS SAVENT VOLER). Avant d’emmenager, assure toi qu’un traitement anti-cafard a été effectué chez toi… Tu les trouveras morts. Morts, c’est bon signe.

– Shelly fait payer bien cher sa gentillesse:

Toute personne qui cherche un appartement à Tel-Aviv a déjà appelé Shelly, qui t’aide à trouver un appartement en fonction de tes critères. Elle semble très gentille, serviable, elle t’appelle dès qu’elle voit une annonce qui pourrait t’intéresser. Mais elle fait en réalité partie de l’Agence Ronkin Real Estate et il faudra lui payer un mois de loyer en frais d’agenc. Et c’est comme ca avec toutes les agences. Il faut donc y réfléchir à deux fois quand tu veux appeler quelqu’un dont le nom est récurrent sur les sites (Elad, Shelly et Chen).

– « Partially furnished » : s’il y a un frigidaire, estime toi content:

Tu as trouvé un joli appartement, bien situé. On t’écrit qu’il y a quelques meubles. Mais en réalité, quand tu vas aller le visiter, Golan (le broker) va t’expliquer que l’ancien locataire est en fait parti en embarquant le lit sans le prévenir, que le four a mystérieusement disparu… Mais il serait très content de te proposer des meubles neufs d’une compagnie chez qui il a des discounts… SANS commissions. Bien entendu.

– L’arnona traitresse:

Tu as bien calculé ton budget, tu as trouvé un appartement qui entre dans tes prix. Seulement, une multitude de taxes vont s’ajouter au prix affiché. Il faut que tu comptes :
– L’arnona (taxe d’habitation)
– Le vad bayit (entretien de l’immeuble)
– Les factures de mazgan et d’électricité (attention de ne pas laisser le chauffe-eau allumé trop longtemps et le mazgan allumé quand tu es dehors !)
– Les éventuels frais d’agence.

Voilà, j’espère que ce petit guide va te permettre, toi, futur stagiaire étudiant ou Olé, jeune solitaire et ingénu, de ne pas reproduire les erreurs que j’ai faites.

PS : Bien sûr, vous l’aurez compris, cet article n’est en fait qu’un prétexte pour vous dire que je cherche un appartement à Tel-Aviv. Voyons, je n’ai pas joué au guide touristique pour le bien de la communauté, et gratuitement en plus ! Alors, si vous entendez parler de quelque chose, prévenez-moi !

Margaux

Margaux

Un peu spéciale elle est (pas) célibataire, le visage (bronzé) les cheveux (en bordel)... Et j’aime ça... A part me prendre pour Marc Lavoine à mes heures perdues, je suis étudiante à Tel-Aviv. J’ai tout quitté à Paris et je suis venue m’installer ici, pour un an, puis pour deux... Peut-être pour toujours ? J’adore... le conflit israélo-palestinien, le cottage, le Shirout 4. J’aime pas... Les gens fermés d’esprit, le houmous, le bus 24. Et vous, vous m’aimez ? Bonne lecture !
Margaux

Laisser un commentaire