Arik Einstein « A ich a hou » vient de s’envoler…| Sad News

Arik Einstein | 3 janvier 1939 – 26 novembre 2013 | Sad News


A ich a hou, cet homme-là…

Celui qui chantait qu’ensemble, on pouvait changer le monde Ani ve Ata nechane et aolam, que l’âme a parfois besoin de s’arrêter devant la mer et de prendre le temps pesek zman, celui qui commençait sa journée avec un “cafe turky, c’est beau la vie », celui assis sur la barriere, qui regardait le monde un pied devant, un pied derriere yochev ba gader, celui qui a incarné Salah Shabbati, celui dont la voix profonde n’en fini pas de raisonner dans le ciel d’Israël, en ce matin étonnamment chaud, le lendemain de l’anniversaire de son ami, Chlomo Artzi, est parti, juste avant l’allumage de la première bougie de Hannouka : Arik Einstein, un morceau de l’histoire d’Israël, a pris son dernier envol pour le nid où chacun retourne un jour Ouf Gozal. Une histoire d’amour entre un violon et une guitare, guitara ve kinor, un chabat ba boker, entre un homme, un peuple et un pays, entre l’enfance et l’éternité. Aujourd’hui une marche est organisée de Kikar Rabin au vieux cimetière de Trompeldor à Tel Aviv pour l’accompagner jusqu’à sa dernière demeure, lui qui nous a accompagné et continuera encore à nous faire vibrer de tout l’amour Ahava che bi qui émane de sa voix totseret a aarets (made in israel). Sa Leat Arik !


« Nous avons tous grandi sur ses chansons. Les mots d’Arik Einstein étaient les mots de la terre d’Israël » Bibi

« Je me rappelle la première fois que j’ai entendu sa voix a la radio, j’avais 15ans. Il y a des chanteurs qui te retourne le ventre en une seconde. A cet instant, c’est ce qui m’est arrive avec Arik. » Chlomo

‘je peux, une génération entière peut, réveiller sa voix au fond de moi en un instant. Faites l’expérience, fermez les yeux et prononcez les paroles en vous-même (…) et il renaitra du fond de la grotte magique des souvenirs de chacun d’entre nous et continueras a « poser sa main sur l’épaule du solitaire » Yair Lapid

« Arik Einstein est pour moi la beauté d’Israël. De sa voix profonde, avec humour et pudeur, il a conquis le cœur de chaque israelien. Il n’y a pas eu et il n’y aura plus de chanteur comme lui. » Aviv Gefen

(témoignages tires du Yediot Aharonot du jour)


Uf Gozal (envole-toi petit oiseau) – 1999 

[jwplayer mediaid= »16663″]

Shlomo Artzi & Arik Einstein – Hozrim ha’baita – 2012

[jwplayer mediaid= »16665″]

Arik Einstein – Show sur l’alya – 1973

[jwplayer mediaid= »16655″]


Lien Wikipedia.

Allie.Yah

Allie.Yah

J'ai décidé il y a déjà dix ans de revenir en Israël, revenir à moi-même, revenir à l'origine. Régulièrement, quelque chose se lève et tente de me barrer la route... des problèmes matériels, des crises spirituelles, des gens débiles, des cerveaux abscons... peut importe, je m'en fous, cette terre est à moi, et je ne laisserai rien entamer mon intuition. L'intuition, peut être féminine, peut être prophétique, que je suis là pour faire ce qui m'emplit et me pousse à me lever chaque matin: mon alya.
Dans le plus pur style hégélien du terme, kookiste: hitalout, dialectique, aufhebung: c'est à dire annuler quelque chose en soi afin de monter, de s'élever, de se dépasser, d'aller au delà de cette destruction... comme un renouvellement permanent et positif de soi-même, ici et maintenant... même si, comme dit mon fils, "maman, c'est pas gagné!"
Allie.Yah

Laisser un commentaire