[box type=”info” fontsize=”12″]Les billets politiques sont fournis par des chroniqueurs indépendants. Les opinions, les faits et tout le contenu des médias qui y sont présentés représentent uniquement les auteurs, et à ce titre n’engagent qu’eux-mêmes.[/box]

[avatar user=”Franck Medioni” size=”thumbnail” align=”left” link=”file”]FRANCK MEDIONI[/avatar]

« Ça fight grave », comme disent les jeunes, entre les Reformi (en hébreu cela désigne les mouvements réformés et massorti) et le gouvernement de Bibi.

A l’origine du balagan une remarque qui aurait pu passer entre la poire et le fromage cacher, si elle n’émanait pas d’un haut responsable du gouvernement Netanyahu, David Azoulay, ministre des affaires religieuses : « il y a un problème avec les Reformi, je ne peux pas me permettre de les appeler Juifs»…
Une déclaration faisant suite à l’annulation de la loi votée par le précédent gouvernement, visant à alléger le processus de conversion en retirant notamment son monopole à l’ultra-orthodoxie israélienne.

Bon, David, depuis tu as un peu rétropédalé dans le houmous en disant que les Reformi étaient des fauteurs qu’il fallait remettre dans le droit chemin. Un peu comme si l’orthodoxie était l’orthopédie du Judaïsme.
Mais quand même David, j’avoue que je ne sais pas quoi te dire du haut de ta tour de Babel ? Surtout qu’en plus on avait presque sauté de joie au début du mois de juillet, à l’annonce des derniers chiffres de l’Institut Politique du Peuple Juif (JPPI). Ces experts nous annonçaient crânement 16 Millions de Juifs dans le monde. Autrement dit, un taux égal à celui d’avant la Shoah. Hé bien chers amis du JPPI, Azoulay vous le dit : vous vous êtes plantés lamentablement ? Vous n’avez pas tenu compte des vrais et des faux ?

Prenons le cas des Etats-Unis ou le poids des mouvements libéraux, massorti et reconstructionnistes est largement majoritaire (estimé entre 60 et 70 % pour ceux qui se sentent encore religieux), ajoutons à cela qu’une large majorité de la population juive d’Israël et du monde n’est pas religieuse au sens orthodoxe du terme (quel est leur statut pour David Azoulay et ses potos ?) cela nous ramènerait le nombre de juifs dans le monde, je veux dire de vrais juifs (tout le monde me suit ?) à quelque 4/5 Millions de personnes ? Pas grave, après tout entre 0,2 % de l’humanité et 0,07 % je vous concède que la différence est toute relative.

Et si nous étions plus sordides encore, si nous recalculions le nombre de morts de la shoah en se demandant quelle était la part de vrais et de faux Youpins dans le tas ? Combien d’imposteurs ? Hein M. Azoulay ?

Et pour les Juifs, vrai ou faux d’ailleurs, est-ce si important ? Heu ben un peu quand même ! Je vous rappelle ou je vous apprends, qu’il n’y a pas de mariage civil en Israël.
CQFD, la société Israélienne vit dans un ubuesque débat, où seuls les conversions et les mariages effectués par le rabbinat orthodoxes, sont reconnus par le ministère de l’intérieur. Ah non j’exagère, les mariages musulmans et chrétiens eux aussi sont reconnus par l’État. Car dans ce cas les époux ne sont ni faux, ni vrais juifs, puisqu’ils ne sont pas juifs du tout. Quoi vous ne suivez plus, faites un effort !

Et pour qu’une conversion ou un mariage de faux juifs (enfin faux, vous m’avez compris) puissent être reconnus au niveau de l’État, il faut, il faut… quoi vous ne savez pas ? Juste traverser la mer… Aller à Chypre, par exemple, en emmenant sa famille, ses amis, pour faire la fête sans oublier dans vos bagages le rabbin « Reformi » de votre choix. Là vous faites votre petite affaire, vous signez la Kétoubah moderniste que vous voulez, vous pouvez faire sauter les mariés sur la chaise, et tata Behda peut même mettre la pastille de Henné avec le ruban rouge au creux de la main des époux… Et puis vous retournez au pays ! Ni vu, ni connu… Enfin jusqu’à ce que les enfants faux de chez faux (puisque deux fois plus faux que leurs parents surtout si le converti est la maman), veuillent un jour se marier à leur tour avec un ou une vraie juif(ve)… Et là retour à la case départ : ils apprennent qu’ils ne sont pas vrais !


 

Donc, si je résume en Israël :

1/ Vous avez d’un côté des vrais juifs (une caste au-dessus de tous, des supers juifs en somme). Et pour la définition exacte, c’est David et ses copains du rabbinat qui disent qui qui y est et qui qui y est pas, ok ?

2/ Puis vous avez des non-juifs, qui ont le droit de se marier en Israël à l’église ou la mosquée de leur choix. Et là, l’État dit amen !

3/ Et des faux juifs qui ont juste le droit de payer des impôts, de faire l’armée, de mourir pour leur pays (surtout que les vrais de vrai en sont souvent dispensés, car c’est contre leur principe de prendre les armes et puis, ils n’ont pas le temps puisqu’ils étudient à la Yeshiva toute la sainte journée) mais qui ne peuvent pas officiellement se convertir ou se marier sur le territoire sous peine de ne pas être reconnus.

Ah j’allais oublier, partout dans le monde vous avez des Juifs vrais ou faux, selon les critères de David et de ses potes (mais là ils s’en tamponnent la kippa !), qui donnent de l’argent, beaucoup d’argent … Ce qui est le cas des juifs Américains, pour aider un pays cher à leur cœur, son armée, ses malheureux… Des juifs, que l’on encourage fortement au volontariat civil, à l’alyah… Et à qui on demande surtout de ne pas trop la ramener.

Bon, me direz-vous, ok c’est du nonsense à la Monty Pithon, and so what ? Ben il faudrait quand même m’expliquer pourquoi ces Messieurs chapeautés, barbus comme il se doit et particulièrement pieux et respectueux de la Halakha (loi Juive), demandent à un couple marié par un rabbin « reformi » le guet (divorce religieux) en cas de REmariage orthodoxe ? Je vous rappelle, que selon eux ils ne sont pas mariés, puisqu’ils ne les reconnaissent même pas comme de vrais Juifs… Oï, oï, oï Rachel, j’en perds mon hébré. (6)