Levanah
LEVANAH

Guer, Convertie, je te laisse choisir. Pour moi peu importe l’appellation. Ce que je veux, c’est être juive. Une vraie. Pour le meilleur et pour le pire. Qu’on me traite de sale juive dans les rues de Paris, comme les autres.

Après avoir trimé avec les rabbins, on pense que la vie va être rose et belle. Oulala tu vis pas dans un disney, remets toi. Non, non. La vie c’est une jungle !

Scène de vie typique d’une convertie :

Tu marches dans la rue avec des amis, là tu croises des gens.

– « Tonton Maurice, comment vas-tu? Tiens, je te présente une amie, Shoshana »

– « Enchanté !! C’est quoi ton nom de famille ? »

Non mais Maurice tu es sérieux là ? Y’a que mon nom de famille qui t’intéresse ?

Mais toi d’abord, de quelle tribu es-tu, Benyamin, Zevulun? (Là tu t’y attendais pas, mais moi aussi je suis forte en question relou…) Et d’ailleurs Maurice, ton vrai nom, c’est pas Meshod ?

 

Voilà. Moi, Shoshana, convertie. J’en ai marre.

J’en ai marre que l’on me demande tout le temps mon nom de famille, j’en ai marre que l’on me demande pourquoi je me suis convertie, j’en ai marre que l’on me demande si le porc ça ne me manque pas.

D’ailleurs, qui a parlé de conversion ? Désignez moi le responsable. Parce que perso quand je pense à conversion je pense à Canapé-lit. Oui Canapé lit, t’as bien lu. Suis-je un canapé lit ? « Bonjour, c’est moi le canapé, trois clics et me voilà convertie en lit, trois clics et je redeviens canapé ». Pchhh.

Attendez c’est pas fini ! La convertie on la trouve belle. « Ouhh c’est qui cette petite nouvelle dans la syna, elle est mignonne ». La convertie on la trouve trop « cute » quand elle essaye de faire la salade cuite à la façon Tata Rachel. On l’ADORE (cette fille, c’est simple, je l’AD-ORE !!). On en rajoute toujours un peu sur elle « Kol hakavod Shoshana, moi j’aurais jamais réussi à passer de Marie-Thérèse à Shoshana, mais alors toi tu le fais mieux qu’une juive ».

Ahhhh… ce « mieux qu’une juive ». Tu ne cesses de l’entendre. T’es mieux qu’une juive de naissance quand il faut te présenter au voisin, mais alors dès qu’il s’agit du fils on oublie direct … « Mon fils ? Le mien ? Quoi, pardon ? Avec une convertie ? Mais t’es malade ou quoi, c’est sur un jour elle remet le sapin. »

Ahhh ce fameux sapin. Il fait parler tout le monde. A croire que la plus grande phobie, c’est le sapin de noël… Là quand même Maurice-Meshod… Parle moi du bacon, du pape, des crevettes, du téléphone shabbat, mais le sapin ? Sérieux ? J’ai passé l’âge !

Alors voilà. La convertie. Elle vous dit m*rde (ma fille t’es religieuse fais attention à ta langue quand même). Oui. Elle n’est pas mieux qu’une juive. Elle est juste juive. Et un juif, c’est un juif. Point.

(175)