Fauda ou Hatufim pour ne citer que celles-ci ont fait le tour de la planète. Réadaptées ou traduites, les séries israéliennes déclenchent de plus en plus de ferveur à l’international, et font d’un tout petit pays un acteur sur lequel le monde des séries compte de plus en plus. Afin d’étayer ce constat, Yaelle Munk, Maître de Conférences en Cinématographie à l’Université de Tel Aviv nous en dit plus sur ce qui n’est semble t-il pas qu’un phénomène de mode… Au micro de Yoram Salamon

(281)