Envoyé Spécial de France 2 : Quand Thierry rencontre Sophisme !

Franck Médioni

FRANCK MEDIONI

J’ai regardé avec grand intérêt le reportage de Thierry Vincent dans, Envoyé Spécial sur les dangers supposés d’être juif en France.

À en croire le journaliste, il n’y aurait pas de risque, à baguenauder avec une kippa sur la tête, dans les rues de Paris et dans les banlieues. Mieux, les potentiels agresseurs, sont en fait de potentiels amis des juifs, qui voient d’un bon œil et encouragent fortement leurs frères sémites à les visiter dans leurs cités, leurs quartiers… Toutes les zones de non-droit, où la police, les CRS et les pompiers ne peuvent plus mettre les pieds sans risquer de se faire caillasser, sont en fait des paradis pour Juifs. Mais quelle belle bande d’idiots nous faisons. Nous qui quittions les 19e et 20e arrondissements de Paris au profit du 8e, 16e et 17e… Nous nous plantons lamentablement. Amis juifs ne pars pas à l’autre bout de la planète, déjà que tu « pars à Noïaque » depuis de nombreuses années. Reste, tu n’as que des amis ici. Et surtout relocalise toi vite dans les quartiers dits chauds : les Minguettes à Lyon, ou en région parisienne à Aubervilliers, la Courneuve, Barbes…. J’en passe.

Bon c’est vrai, il y a eu l’histoire d’Ilan Halimi en 2006, mais il faut comprendre aussi ! Fofana et ses potos avaient juste besoin d’oseille. Et nous, pingres que nous sommes, au lieu de les aider, au lieu de leur tendre la main, qu’avons-nous fait ? Je vous le demande ? Nous les avons faits condamner ! Honte à nous !

Et puis il y a eu Merah et l’école Ozar Atorah. Encore un pauvre garçon que la société a stigmatisé. Il avait la rage au ventre, lui l’enfant issu de l’immigration. La rage contre le système scolaire qui l’avait rejeté. Alors il s’en est pris à une école. La plus proche de chez lui étant Ozar Atorah. Voilà c’est tout, rien à voir avec la prétendue religion des enfants et du professeur abattus. Honte à nous !

Bon je passe sur le drame de Créteil l’an passé, ce jeune couple agressé chez lui et dont la jeune fille a été violée. On l’aura compris : dans ce cas, l’auteur de cet acte qui serait répréhensible dans bien des cas, n’a fait que témoigner un peu plus du manque d’affection patent dont il souffre. Honte à nous !

Enfin, est-ce parce que la caisse n’avançait pas assez vite ? Est-ce parce qu’il n’y avait plus de pain de chabbat ? Ou encore, est-ce parce que le vin cacher avait tourné vinaigre, que Coulibaly s’est un peu emporté le 9 janvier dernier, lors de son passage à l’Hyper cacher de Vincennes ? On ne saura jamais. Car le pauvre garçon est parti avec son secret suite à un déferlement de violence, de notre police française. Honte à nous !

Bon j’arrête le sordide ici, et je reviens au reportage de Thierry Vincent. Ce que nous dit en substance le journaliste au début de son sujet, et qu’il contredit allègrement tout au long de son reportage c’est : « Je mets une kippa sur la tête, je ne me fais pas agresser, donc si je ne me fais pas agresser c’est qu’il n’y a pas de risque à porter une kippa ». Ce n’est pas du journalisme, c’est du sophisme. C’est comme dire, « j’ai mangé du gifelte fish chez mon ami vendredi dernier, j’ai été malade, le gifelte fish rend malade. » Bon dans ce dernier cas, l’exemple est mal choisi (spéciale dédicace à mes potes ashkénazes). Mais vous en conviendrez, c’est un peu court pour en tirer une conclusion aussi péremptoire. D’autant, que comme je vous le disais, tout le reste du reportage dit le contraire.

Thierry Vincent (le fils ou petit fils de David Vincent ?) l’affirme, il les a vus lui aussi en prenant un raccourcis qu’il n’aurait jamais dû emprunter. Ils se sont les paranos de juifs, encouragés qu’ils sont par leur grand gourou mentor, j’ai nommé Bibi Netanyahou et sa brigade de la propagande dont le journaliste Klein est l’un des plus grands représentants, puisqu’ancien responsable de la communication de Tsahal. Là encore Sophisme ! Je ne sais pas si Klein est à la solde de Bibi, mais Thierry Vincent non plus ne le sait pas. Il balance juste, qu’il a fait l’armée comme responsable communication de Tsahal. Alors je le dis, haut et fort, « La plupart des journalistes qui ont fait l’armée, l’ont faite dans le SIRPA, Le SIRPA est le service de communication de l’armée, Les journalistes français sont des propagandistes à la solde du ministère de la défense. »

J’aime bien le sophisme, On gagne un temps fou ! J’en fais désormais ma nouvelle religion. La religion de la logique tirée par la kippa. C’est vrai avec le sophisme on ne perd pas de temps, on tire des conclusions rapides. On désamorce les tensions, et surtout, tout le monde il est beau, tout le monde il est philosémite.

Tiens un dernier pour la route, tiré du reportage de Thierry Vincent :
« Les Synagogues sont protégées par l’armée, les synagogues ne sont pas attaquées, Les synagogues n’ont donc pas besoin d’être protégées ?»

Franck Médioni

Franck Médioni

Franck Médioni a exercé le noble métier de journaliste durant plus de 10 ans pour la presse magazine généraliste et communautaire, avant de mal tourner et de devenir Conseil en communication et concepteur rédacteur ! Son principal dilemme : il aime la pitah falafel, et la pitah le lui rend bien… trop bien !
Franck Médioni

Laisser un commentaire