TEST : Etes-vous une vraie mère juive ?

Comment percevez-vous le lien entre la nourriture et vos enfants ?

  1. Lorsque votre fils vous dit qu’il va manger chez sa belle-mère, vous lui demandez s’il n’aime pas votre cuisine. (1200 points)
  2. Vous avez préparé une Pkaila/Dafina délicieuse pour le dîner du Chabbat. Vous remplissez l’assiette de votre fils au maximum. Quant à celle de votre fille, vous la lui remplissez à peine la moitié. C’est déjà  assez difficile de lui trouver un mari à celle là, mais depuis qu’elle a pris quelques kilos, c’est devenu un vrai calvaire! (2300 points)
  3. Vous avez passé la journée entière en cuisine à suer, œuvrer et exécuter la préparation de ce merveilleux plat, mais personne n’y touche. Vous ne comprenez pourtant pas le problème. La couleur du Guefilte Fish avec la gélatine dégoulinante, ne serait-elle pas appétissante?! (1700 points)
  4. Vous n’êtes pas une mère juive, mais une mère israélienne. Il y a du Schnitzel surgelé dans le congélateur, il suffit de le mettre dans le four  micro-ondes. Après la longue journée que vous avez eu au bureau, votre repos est bien mérité!!!  (-750 points)

Votre enfant, fera-t-il des grandes études ?

  1. Comment ça «fera-t-il des grandes études»?! La question ne se pose même pas!!   Deux ans avant la naissance de votre chère progéniture, vous avez déjà ouvert un compte en banque, dans le seul but de financer ses études de médecine. Il veut faire dentiste? Mouais… D’accord.  Vétérinaire?!! Guevald /Ya Rabbi!!! Dieu, tuez moi maintenant! que diront les voisins?!!   Etudes de Droit? Eh bien, pourquoi pas. Les Rosental pourront lui organiser un stage au cabinet d’avocats de leurs trois enfants. (1900 points)
  2.  «Médecine? ce n’est plus IN! non mais vous êtes vraiment des arriérés!!» dites-vous à vos copines.   Ah oui, c’est vrai, vous n’êtes pas une mère juive, mais une mère israélienne. Aujourd’hui, il faut être dans le High-Tech ou dans la finance, c’est ça? Votre fils fera donc une licence d’économie et de gestion et travaillera dans le Forex, comme tous les français dans ce domaine (ou pas) en Israël. (300 points)
  3. Ma fille? Attendez, nous n’avons pas encore fini de parler de mon fils. Il vient de terminer six ans de fac, recevant le prix du meilleur étudiant depuis l’établissement de l’université. Non, non, j’vous l’jure sur la tête de mon mari z »l, je n’exagère pas! Le meilleur étudiant depuis 1712. Mais bien sur que le Technion existait à cette époque là, allons donc! Cet établissement a été fondé par Hérode au Second Temple et appelé le Techniokonos! (2400 points)

Votre fils/fille a des problèmes avec son professeur à la fac. Comment réagissez-vous ?

  1. Toute la famille vous le cache. Ils ont peur. (1500 points)
  2. Vous découvrez le secret, et êtes plus blessée et préoccupée par le fait qu’ils vous ai caché cette histoire, que par le problème de votre enfant. (2400 points)
  3. Vous vous dites que le professeur doit sans doute être un antisémite ou bien un Ashkenaze qui déteste les Séfarades. (1900 points)
  4. Malgré les supplications de votre enfant, les menaces de votre conjoint, et les interférences de votre mère (juive également), vous allez à la fac et hurlez sur le professeur qui, à vos yeux, essaie de perturber votre nourrisson prodige, dans son chemin vers la grandeur. (3200 points)

(Non, vous n’êtes pas censée choisir l’une des quatre phrases ci-dessus. Ce ne sont pas des options, mais les différentes étapes d’un scénario connu d’avance).


Votre fils a 18 ans, comment réagissez-vous ?

  1. Il est l’heure du mariage. Assez avec les bêtises, il a eu largement le temps pour explorer ses possibilités depuis la petite Sarah, lorsqu’il avait 4 ans. A présent, il faut lui trouver une gentille fille (JUIVE!), issue d’une bonne famille (JUIVE!), afin de former un foyer (JUIF!). Vous l’avez inscrit sur FeujWorld, JDream et sur JDate sans le lui faire savoir. Ça vous permettra de gérer le Shidouh, et de lui choisir celle qui vous conviendra le plus. (1900 points)
  2. Il vient de terminer son bac (S), mention Bien (la mention Très Bien était plus que méritée, mais l’examinateur était antisémite). Il est l’heure de se mettre aux grandes études. HEC, Dauphine ou toute autre université, du moment qu’elle soit assez proche de votre domicile, afin que votre fils puisse continuer à vivre à la maison. (2200 points)
  3. L’Aliyah? Ah non, non et non. Alors là, pas question!! Où va-t-il étudier? C’est quoi ça IDC??? Nous sommes une famille sioniste qui fait beaucoup de dons pour Israël, mais d’ici à immigrer en Eretz???  Eh bien, pourquoi pas? Après tout, nous avons un appartement à Netanya, je vais faire mon Aliyah avec lui tiens… (2600 points)

Comment réagissez-vous lorsque votre enfant se tarde à rentrer à la maison ?

  1. Les scénarios les plus apocalyptiques vous passent tout de suite à l’esprit, et prennent une tournure assez étrange vers la fin: «Ma fille a eu un accident de voiture. Je le sais. Je le S-E-N-S! Un conducteur ivre l’a probablement reversée. Et maintenant ma fille est morte. Mon Dieu, pourquoi me faites vous souffrir autant, pourquoi?! Pourquoi ai-je droit à tous ces malheurs??! Je ne l’ai même pas mariée!!!» (2200 points)
  2. Il n’y a pas d’autres choix.

Votre fils a une nouvelle petite copine, comment réagissez-vous ?

  1. Vous vérifiez tout de suite si elle est juive.  (1500 points)
  2. Vous vérifiez tout de suite de quelle origine est-elle. Même si les Séfarades sont les meilleurs amis des juifs, on n’est jamais trop prudents!  (1000 points)
  3. Mais bien sûr qu’elle est juive, cela va de soi! Après tout, depuis que votre fils avait 3 ans, vous lui répétez la devise: «Le jour où tu me ramènes une goy à la maison, je te tue, et je me tue». De toute façon, cela porte peu d’importance. Quels que soient l’âge, la religion, l’origine ou bien le sexe de cette pauvre fille, vous la détesterez. (4000 points)

Vos enfants vous font savoir qu’ils ne passeront pas Pessah à la maison. Comment réagissez-vous ?

  1. Vous avez une syncope. (9.000.000 points)
  2. Votre visage devient blanc (si vous êtes Ashkenaze, il devient gris). Vous criez/pleurez/gardez le silence (en fonction de votre origine ethnique);  Vos enfants essaient de se justifier. Vous criez/pleurez/gardez le silence (selon si les voisins vous entendent ou pas); Vos enfants quittent la maison. Vous criez/pleurez/gardez le silence.   En 5 minutes, vous avez pris 10 ans. (2700 points)
  3. Ce n’est pas grave. Non, pas du tout. Vous allez fêter Pessah seule. Dans le noir. Cela vous permettra de mieux vous préparer pour le jour de votre disparition. Car vous aller mourir seule. Il ne faut pas s’attendre à ce que ses enfants s’intéressent à leur mère. Après tout, elle leur a seulement donné la vie dans la douleur et dans la souffrance… Après tout, elle a seulement consacré ses plus grands rêves pour ceux de ses enfants… Ne vous inquiétez pas chère mère juive. Allez vous asseoir dans la cuisine, et n’allumez surtout pas la lumière. Ils risquent de voir la grimace que vous êtes en train de faire. (4200 points)
  4. Vous continuez vraiment à lire la quatrième option?! De qui vous moquez-vous ? La réponse à cette question ne peut être que l’une des trois ci-dessus! Allez, puisque vous insistez, on vous accorde une 4ème possibilité: Tout ce qui précède. (Trop de points. Impossible de calculer)

Vous avez offert à votre fils trois cravates. Comment réagissez-vous, lorsqu’il en porte une?

  1. Il porte la cravate noire. Vous lui demandez s’il n’aime pas la cravate bleue que vous lui avez offerte. (1100 points)
  2. Il porte la cravate bleue. Vous lui demandez s’il n’aime pas la cravate rouge que vous lui avez offerte. (1100 points)
  3. Frustré, Il porte les trois cravates en même temps. Vous lui dites que décidément, sa femme l’a rendu fou. (2700 points)

Reponses : 9.950- 15.000 points: Dites-nous qui est votre mère, et nous vous dirons qui vous êtes

Ah oui, effectivement… vous êtes soit disant la mère juive moderne. Ou tout simplement, la mère israélienne, c’est ça ?  Vous faites tout pour ne pas ressembler à votre mère et à sa façon d’éduquer. Ok, on a tout compris…  Mais cela ne change pas grand-chose vous savez… Une mère juive, bien qu’elle soit moderne ou pas, reste toujours une mère juive. Après tout, on ne change pas une équipe qui perd…  Les bases restent les mêmes. C’est dans vos gènes, impossible et inutile de luter contre cela. C’est perdu d’avance. VOUS ÊTES VOTRE MÈRE. 

Au cours de votre maternité, vous remarquez que vous êtes en train de dire les mêmes phrases détestables que votre mère vous disait lorsque vous étiez petite. Bien que vous vous êtes promis de ne pas répéter ces discours à vos propres enfants, cela s’avère plus fort que vous.

«Si tu continues comme ça, tu finiras en tant que caissière au Monoprix. C’est ça que tu veux?!» (Votre fille en 4e, reçoit un 9/20 en Latin). 

«Tu vas attraper froid avec tes cheveux mouillés/Mets tes chaussettes, le sol est glacé!» (Non Madame la mère juive. On ne tombe pas malade suite à la température, mais à cause des microbes!).

«Ton père et moi travaillons dur!! Et pour qui on le fait d’après toi? Pour toi et tes frères!! Et c’est comme ça que tu nous remercies??!» (Votre fils passe de la filière Bac S à ES)   

«Harchouma!!! c’est quoi ce langage?! D’où t’as appris a parler comme ça?! Ya Rabbi, va nettoyer ta bouche avec du savon et de la javel. Mon père m’aurait donné deux claques si jamais j’avais osé lui parler comme toi tu me parles.» (Votre fille vous dit que ça la saoule d’aller faire les courses avec vous chez Jacques le boucher).  

Décidément, elle avait raison votre mère lorsqu’elle vous disait : «Tu feras ce que tu veux quand t’auras des enfants. Et je te souhaite que les tiens te traiteront de la même façon que tu me traites moi!».  Ne vous en voulez pas chère mère juive… vraiment.  Vous avez vos enfants pour ça. 


16.000- 19.000 points: La modération a ses limites….  

Bon, ça va… vous êtes une mère juive modérée. C’est encore supportable. Enfin… presque. Vous avez élevé vos enfants dans la douleur, oui on le sait déjà. C’est vrai, de nos jours, ce n’est pas facile d’avoir des enfants. Oui on sait, votre mari est le pire de tous…  Mais bon, on a dit « Modérée », ce qui insinue que vous avez quand même quelques mimiques, comment dire…

Vous avez toujours mal partout («Mais je ne me plains pas»)

Vous ne dites pas «Ça va aller», mais plutôt «Pourvu que cela n’empire pas»

Vous culpabilisez vos enfants pour les manipuler à faire ce que vous voulez («Je vais demander que l’on mette un distributeur de billets sur ma tombe. Comme ça, je serai sûre que vous viendrez me rendre visite»).

Oui, on sait que lorsque vous étiez petite, vous partagiez votre chambre avec vos 7 frères et sœurs. Oui, effectivement, les enfants d’aujourd’hui, c’est une honte. Pourris-gâtés comme ils sont… de nos jours, chacun a sa propre chambre!  En même temps, pour la Bar-Mitzvah de votre fils aîné (que Dieu le protège), vous avez mis en place un évènement absurdement extravagant (en le faisant savoir à tous vos voisins). Cette opération eût lieu en Israël durant une semaine entière: Une Alyah à la Torah au Mur des Lamentations («Ça m’a coûté bonbon… Ah ce rabbin, il ne s’est pas gêné!!»); Un Shabbat Hatan à l’Hilton Tel-Aviv («J’ai dû payer les vols et les chambres des 4 frères de mon mari. Ils sont tous radins de ce coté de la famille!»); et une grande soirée dans les tentes Bédouines («C’est bien de connaître le mode de vie de nos ancêtres»).

Avouez-le, le portrait de votre fils présenté à la soirée de sa Bar-Mitzva, et signé par la famille et les amis autour, existe toujours dans le fond de votre placard…  

Non merci.  On n’a pas envie de le voir. Non, non, on vous l’assure…  Bon d’accord. Montrez-nous le portrait, mais pour 5 minutes, pas plus. 


19.000 points à l’infini: On n’a qu’une seule mère (et heureusement)

Oy Vey, ça ne vas pas du tout là. Le cliché de la mère juive est pour vos enfants la réalité de tous les jours.  Décidément, pour vous, qui dit «Mère juive», dit «L’enfer est pavé de bonnes intentions». Et puisque tous les moyens sont bons, vous ne vous privez de rien! 

Vous intervenez dans la vie de vos enfants, bien longtemps après qu’ils aient grandi  («Je ne veux pas te voir heureuse, je veux te voir mariée!!»)

Vous êtes excessivement fière des accomplissements de votre enfant («Bachelier du Gan à l’âge de 4 ans!!! Où as-tu vu un tel prodige?!»).

Vous êtes constamment préoccupée par les risques existants dans la vie de vos enfants («Vous voulez me tuer, c’est ça? Continuez comme ça. A ce rythme, je vais mourir très vite. De toute façon, je suis habituée…»)

Vous trouvez votre bonheur dans la souffrance éternelle («Je suis debout depuis 5h du matin. Je ne me suis pas reposée une seule minute. Ce n’est pas grave, je me reposerais dans la tombe. De toute façon, vu comment je suis traitée par mes enfants, la fin est proche»).

Vous utilisez la culpabilité pour manipuler vos enfants («Je ne me sens pas trop bien mon fils. Cela fait 37 jours que je ne mange rien… C’est juste que je ne voulais pas avoir la bouche pleine au cas où tu téléphonerais…»)

Vous détestez votre future belle-fille («Si à son âge elle est toujours célibataire, c’est qu’il y a quelque chose qui cloche… Enfin, j’dis rien moi… elle a l’air très gentil avec ses bottes cloutées comme ça. Cela me rappelle les Nazis tiens…»).

Et à la fin on se demande la raison pour laquelle votre enfant décide de consulter un psy deux fois par semaine …                                                                                                    – Mais c’est clair! Et j’en suis bien fière !!!  Comment ça vous êtes bien fière?  -Bah oui, vous imaginez-vous que mon enfant paye 300 shekels de l’heure, pour parler de qui?   De Moi!

Stephanie

Stephanie

Israélienne de naissance, Tel Avivienne de caractère, Hiérosolymitaine dans l'âme et Française à mes heures perdues. Psychothérapeute de profession, je suis névrotique et psychotique par passion. Fière de ma double identité Israelo-Française, paradoxes et contradictions seront de rigueur, vous voila prévenus..
Stephanie

Laisser un commentaire