Guide de survie des mariages en Israël

Noya

NOYA

Ne nous le cachons pas, quand tu viens en Israël en été, c’est pas pour aller visiter les ruines d’Avdat (pourtant c’est vachement beau) (si si, je t’assure), c’est généralement parce que tu as un mariage. Que ce soit quelqu’un de ta famille ou de tes amis, il y a FORCÉMENT quelqu’un autour de toi qui va célébrer le plus beau jour de sa vie sous les cieux israéliens cet été. Seulement voilà, même si c’est pas toi qui te maries, il va quand même falloir te préparer car ce ne sera pas de tout repos. Voici quelques conseils pour survivre dans ce milieu.
 
Avant toute chose, achète un GPS. Qui fonctionne. Ou télécharge Waze. Parce qu’il y a de fortes chances pour que la salle de réception soit située quelque part dans une zone industrielle loin de toute civilisation. Eh oui, tu l’ignorais mais il y a une vie au-delà de Rothschild ! N’espère pas y aller en bus, c’est impossible. Trouve quelqu’un qui a une voiture et propose-lui ton GPS. Et assure-toi que cette personne pourra également te raccompagner quand tu auras cinq grammes de sang dans l’alcool à trois heures du matin. On tient pas à te retrouver dans les faits divers du Jerusalem Post.
 
Si tu es mec, tu es dispensé pour ce paragraphe. Si tu es une fille, ne va pas au mariage avec tes Louboutin, malheureuse ! Tu vas les tuer et te tuer toi-même en dansant une hora. Et de toute manière, que ce soit bien clair, tu finiras la soirée pieds nus et tu risques donc de les oublier. Épargne-toi des soucis et prends des chaussures confortables (non, tu ranges tout de suite cette paire de Crocs, par contre). Et tu nous remercieras le lendemain quand tu pourras encore tenir debout.
 
Évite de t’habiller en blanc. D’une part parce que ce n’est pas poli pour la mariée et aussi parce qu’on aura tôt fait de te renverser du vin rouge dessus. Un accident est vite arrivé.
 
Recharge ton iPhone avant de partir, ce serait dommage que tu sois à court de batterie et que tu ne puisses pas filmer l’arrivée des mariés. Et puisqu’on en est aux accessoires, ne te charge pas avec une tonne d’affaires. Ton téléphone, tes clefs et tes papiers devraient suffire. Tu es exceptionnellement autorisé à laisser le rouleau de PQ à la maison.
 
N’arrive pas à l’heure, ça sert à rien. On est en Israël, pas en Alsace. N’imagine pas qu’en étant en avance tu auras la primeur sur le foie gras et les sushis du cocktail, le buffet sera encore vide à l’heure inscrite sur le carton d’invitation. Faut t’y faire, être ponctuel ici, c’est comme le bonjour du chauffeur de bus : c’est en option.
 
Repère le photographe qui fait les magnets. Il est très probable que tu ne verras jamais la couleur des photos de la soirée prises par tes proches ou même par le photographe « normal ». Alors le seul moyen de revenir chez toi avec plein de souvenirs réels, c’est de choper un maximum de magnets. Sois partout, souris tout le temps et guette les moindres mouvements du photographe magnets. Un peu de stratégie, ça peut rapporter gros.
 
Si tu fais un discours, évite de dire que la mariée s’est déjà tapé tout Tel Aviv et qu’il était grand temps qu’elle se case. Ça pourrait jeter un léger froid.
 
Ne t’étonne pas si tu vois des invités en Havaianas, c’est normal, on est en Israël.
 
Ne t’étonne pas si tu vois des invités habillés comme pour une cérémonie de remise des Oscars, c’est normal, on est en Israël.
 
Ne t’étonne pas si tu retrouves tes conquêtes de l’été dernier dans la foule, c’est normal, on est en Israël. (Et peut-être que tu devrais lever le pied un peu, toi aussi)
 
Si des personnes te sourient et te parlent, réponds-leur gentiment, on ne sait jamais, ce sont des gens qui sont peut-être potentiellement importants. Si jamais ils te parlent en hébreu et que tu ne comprends rien, fais signe avec tes mains que la musique est trop forte, que tu n’as pas entendu et barre-toi.
 
Prends une petite laine pour le soir, il peut faire froid quand il est tard.
 
Ou n’en prends pas, ce sera l’occasion de demander sa veste au meilleur ami du marié quand tu auras froid.
 
Tu as le droit de te gaver au cocktail mais n’oublie pas qu’il y a un VRAI repas après. Donc vas-y mollo. C’est ton estomac qui te remerciera.
 
Bon ça y est, tu es prêt(e) ? Alors yallah ! On te souhaite une bonne soirée.
 
PS : tu nous incrustes ?
Noya

Noya

Avant, j'étais parisienne et je m'appelais Laëtitia, mais ça, c'était avant. Si je viens vivre en Israël, ce n'est pas pour le jus de mangue et la limonana, c'est parce que mon coeur et ma tête me le dictent. Et pour une fois que ces deux-là sont d'accord, je ne pouvais décemment pas laisser passer l'occasion.
Noya

Laisser un commentaire