Israel Tavor
ISRAEL TAVOR

Les billets politiques sont fournis par des chroniqueurs indépendants. Les opinions, les faits et tout le contenu des médias qui y sont présentés représentent uniquement les auteurs, et à ce titre n’engagent qu’eux-mêmes.


 

C’est bien Roots. Si si. Y’a toutes les opinions.

Hier, on a lu l’opinion d’une des chroniqueuses, Sarah Dray, nous racontant son désarroi depuis la France face aux résultats des élections en Israël.
Je vais être direct: j’ai trouvé ce texte pathétique.
Désolé… 
Non, en fait, pas désolé. Il paraît que c’est fini de s’excuser.
Moi, je vis ici.
Pour la toute première fois de ma vie, j’ai tenté une chose pour des élections.
Un truc que je n’avais jamais fait avant, même en France. Je m’y suis intéressé.
Je vous rassure, je n’ai pas milité pour un parti, je ne suis pas assez con pour ça. 

Mais je me suis dit « Tiens, je vais tenter l’expérience de me pencher sur l’avenir de mon pays ».

J’ai voté Kahlon, mais ça on s’en fout. J’ai jamais vu le maintien de Bibi comme une catastrophe… pas plus que l’arrivée d’Herzog.

Conclusion de mon expérience: ça m’a gavé, mais j’ai résisté à l’envie de tout envoyer chier. 
Je vais pas vous faire vingt pages, mais entre certains militants de droite à la limite de l’hystérie apocalyptique si la gauche passait et certains de gauche navrants d’un mépris haineux, ça avait de quoi donner envie de voter au centre… c’est ce que j’ai fait d’ailleurs.

Heureusement, d’autres, à gauche comme à droite, ont voulu discuter, souvent fermement, parfois avec un peu de provoc’, mais toujours sans haine et avec ce qu’il faut de mauvaise foi pour pimenter les débats.

Ça m’a amusé.

Je pourrais donc faire des reproches à plein de gens ici qui ont raconté n’importe quoi, de tous les côtés… 

Mais ces reproches seront toujours atténués par un fait: ils vivent ici.

Et depuis les résultats, on voit certains venir nous donner des leçons depuis l’étranger.

 

Je n’ai pas voté Bibi et je ne regrette pas mon choix.

Mais en même temps je ne me suis pas réveillé avec une boule au ventre ou en colère le lendemain des élections.

 

Je n’ai pas voté Bibi et j’ai trouvé son absence de programme grotesque.

Mais j’accepte sans aucun problème le résultat des urnes. Ma démocratie a été vivante, forte, les débats ont été vifs, pas toujours de première classe, mais nous ne sommes pas une dictature.

 

Je n’ai pas voté Bibi et j’aimerais voir du changement.

Mais oui, il est mon premier ministre! Et élu démocratiquement.

 

Je n’ai pas voté Bibi et je le trouve parfois arrogant.

Mais ça me gave de voir une partie du monde nous tourner le dos car “on” n’a pas « voté comme il faut ».

 

Je n’ai pas voté Bibi et sa campagne a été affligeante.

Mais je sais aussi que tous les « spécialistes »  ne comprennent fondamentalement rien à la situation ici.

 

Je n’ai pas voté Bibi et, affligé, je me suis pris la tête dans les mains tant de fois quand il annonçait de nouvelles constructions… 

Mais je sais aussi que ce n’est pas ça qui empêche vraiment la paix.

 

Je n’ai pas voté Bibi et je pourrais lui reprocher d’avoir « donné le beau rôle » à Abbas. 

Mais je n’oublie pas non plus que Netanyahu a suspendu il y a quelques années les constructions dans les territoires sans qu’Abbas vienne négocier avec lui.

 

Je n’ai pas voté Bibi et s’il allait discuter avec Abbas, il aurait pu montrer si facilement au monde qu’il n’est pas un partenaire fiable…

Mais je ne suis pas pour autant sûr que le monde aurait voulu le voir.

 

Je n’ai pas voté Bibi car je sais que, sous son gouvernement, la situation sociale s’est détériorée.

Mais je sais aussi que ce sont ses réformes qui ont permis au pays de traverser la crise mondiale.

 

Je n’ai pas voté Bibi et la fin de sa campagne a joué sur la peur.

Mais si c’est aussi facile de détourner et manipuler les gens, alors annulons la démocratie!

Si le peuple est si bête, revenons à la monarchie (et de gauche si possible?)

Vous ne pensez pas que le mépris et la haine de certains discours à la manif de gauche n’ont pas aussi donné la nausée?

 

Vous qui êtes en dehors d’Israël, je ne vous interdis pas de venir donner vos opinions, j’ai trop de respect pour la liberté d’expression.

Mais en effet, vous n’avez pas de légitimité. Vos opinions sont des vents… pire, car un vent ça permet au moins aux bateaux d’avancer et aux éoliennes de tourner.

Alors si ces opinions sont sans intérêt, pourquoi j’en parle?
Car je fais ce que je veux.
Je ne vous oblige pas à vous taire, mais je m’autorise à vous dire de la fermer.
Si vous êtes Juifs, en France ou ailleurs en dehors d’Israël, et que ces résultats vous dérangent, alors plus que tout autre, ne dites rien.
Vous avez le choix de venir vivre ici.
Si ces élections ne vous plaisent pas, alors il faillait venir en Israël et voter.
Pire encore, vous êtes les seuls et uniques responsables de votre « désarroi ».
Bref, je n’ai peut être pas voté pour Bibi, mais vous me faites chier quand même.



(126)