Israel Tavor
ISRAEL TAVOR

Ce qui est bien sur Roots, c’est qu’on peut ne pas d’accord entre nous… et parfois même pas du tout.

Et parfois en étant un peu seul contre tous… ou avec tous… peu importe.

Sophie a écrit un article sous forme de conseil aux Français depuis Israël ( http://rootsisrael.com/petit-precis-de-vie-a-l-israelienne/)

Simplement je n’ai aucun conseil à donner, aucune recommandations, pas même des mots de réconforts, car il n’en existe pas vraiment.
Qui suis-je pour en donner? Je ne suis ni psy, ni militaire, ni flic, ni agent du renseignement.

Que dire aux proches des victimes? Qu’un jour, au moins par esprit de revanche, ils seront à nouveau heureux?
Je n’en sais rien. Très certainement, je l’espère tellement.

Peut-être qu’en Israël, nous pensons, que du fait de notre expérience, nous savons mieux comment réagir. En réalité, nous n’en savons rien jusqu’à ce que l’on soit dans la situation, face au réel. La théorie n’existe pas.
Au mieux on s’y attend… et encore, une fois face à l’évènement, la réaction peut être si différente.

Ceux qui ont été directement touchés le week end dernier à Paris, à Beyrouth, à Hebron et ailleurs en savent bien plus que moi aujourd’hui.

Je n’ai pas la prétention de savoir comment réagir. En France, comme en Israël, vous apprendrez sur le tas. Ou pas. Les Algériens ont aussi du apprendre à vivre avec dans les années 90, les Libanais aussi.
Pas un Israélien ne réagit de la même manière face aux attaques, et moi, depuis mes 5 ans en Israël, je me vois très mal vous dire ce qu’il faut faire, comment faire.
Et je connais des Israéliens qui sont ici depuis 10 ans, 25 ans.. ou depuis toujours. Et personne n’a une réponse, une solution.

Oui, en Israël, face à l’ampleur du phénomène, nous avons trouvé, à tâtons, des modes de vie pour faire face. Certains s’y font, d’autres pas. Souvent nous n’avons pas le choix.
Certainement en France vous trouverez vos propres modes de vie, et peut-être que c’est nous en Israël qui nous en inspirerons. 

Alors que ce matin Saint Denis était en état de siège, mon pote Eric, qui vit là-bas, écrivait qu’il restait enfermé chez lui.
Y’a quelques semaines à Ra’anana, deux terroristes courraient dans les rues, et moi aussi je me suis enfermé chez moi.

Je n’avais pas de conseils à lui donner. Juste que je comprends… avec tout juste quelques semaines d’avance, c’est à dire rien.

Il n’y pas pas de conseils à donner, par de kit post traumatique, pas de précis israélien à l’usage des Français… Si seulement il y en avait vraiment un, je vous le donnerais tout de suite, avec joie, avec plaisir et gratuitement.

Les Français, juifs ou pas, ont cette tendance, qu’on leur reproche assez souvent, d’être donneur de leçon… Les Juifs de France ont tant de chose à apporter à Israël depuis leur pays d’origine. Si nous pouvions juste éviter de trop importer notre insupportable capacité à donner des leçons aux autres.

Oui, l’ampleur de ce qu’il se passe en France est inédite pour les Français, pas pour les Israéliens. On est plus habitué, mais on n’a pas pris l’habitude. Peut-être ne faut il pas. Encore une fois, je n’ai pas de certitude.

A la limite, les Français, qui n’ont pas choisi, sont plus proches des Israéliens de naissance qui n’ont pas choisi non plus… moi, je suis un Olé (un migrant), je suis venu en sachant ce qu’il pouvait m’attendre, sans pour autant savoir comment réagir. J’ai donc encore moins la capacité à donner des conseils.

(120)