Julien Clerc échappe à une tentative de prise d’otage

Yoram

YORAM SALAMON


A l’heure où je relis ce billet d’humeur sur la venue de Julien Clerc à Tel Aviv le 7 Juillet, j’ai bien peur que son contenu n’ait un peu dévié de sa fonction initiale.

Voilà comment tout a commencé…

Pour être honnête je ne suis pas un fan de la première heure du chanteur, mais certains de ses titres ont accompagné quelques moments historiques de ma jeunesse et notamment celle de ma première galoche, sur un air de « la fille au bas Nylon » . Ouais je sais, ça peut paraître ringard aujourd’hui, mais à l’époque ça passait plutôt bien…si si.

Mais là n’est pas le sujet.

J’ai donc décidé de commencer mes investigations en tapant « Julien Clerc ». Enfin (moi) je n’avais pas l’intention de lui faire mal. J’ai juste tapé son nom et prénom sur Google.

Dès le 3ème lien, je suis tombé sur un article qui évoquait les pressions reçues du chanteur par le BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions),  au nom de la défense de la cause palestinienne, afin qu’il annule son concert à Tel Aviv. Ce qu’il n’a pas fait (enfin pas pour l’instant)

J’en profite pour googliser « BDS » : « Le BDS est crée en 2002 et son but politique est d’appeler à exercer toutes sortes de pressions économiques, académiques, culturelles et politiques sur Israël. L’organisation a été crée par la société civile palestinienne et rassemble en son sein 172 organisations. Elle vise à créer et renforcer des pressions extérieures sur le gouvernement israélien pour l’amener à choisir la voie d’une solution négociée au conflit avec les Palestiniens.

Ok. C’est clair.

Du coup, curieux, j’ai tapé « annulation concert Israël ». Enfin j’ai commencé à taper… Google a du comprendre là où je voulais en venir et m’a immédiatement proposé Israël comme choix de critère. Je ne sais pas pourquoi, mais tel un bon juif ashkénaze, je n’ai été que peu étonné de cette fatalité virtuelle…

Et là, je suis tombé de haut…de très haut.  J’avais comme tout le monde entendu à droite et à gauche que certains artistes annulaient la destination dans les étapes de leur tournée, mais de là à constater tout au long de ces pages, qu’il s’agissait d’une véritable vague …non que dis-je, d’un raz-de-marée de désistements de noms illustres, dont  certains chers à mon coeur…je venais de prendre un sérieux coup au moral.

Et à chaque fois, apparemment, les artistes annulent pour les mêmes raisons : par des pressions du BDS.

En gros après quelques minutes de recherche, j’ai pu dresser le tableau des artistes (la plupart chanteurs et musiciens) qui avaient rayé Israël de leur tournée, soit sous la pression, soit par idéologie et revendication publique. Voici ce que ça donne pour les plus illustres d’entre eux, et depuis 2002 . (à noter que certains depuis sont revenus sur leur position).

Roger Waters 2002
Brian Eno 2002
Eduardo Galeano 2002
Ken Loach 2002
Jean Luc Godard 2002
U2 2008
Snoop Doog 2008
Elvis Costello 2010
Gil Scoott Heron 2010
Les Pixies 2010
Carlos Santana 2010
Bran Van 3000 2010
Gorillaz 2010
Faithless 2010
Massive Attack 2010
Annie Lennox 2010
Dustin Hoffman 2010
Meg Ryan 2010
Mike Leigh 2010
Vanessa Paradis 2011
Johnny Depp 2011
Thomas Quasthoff 2011
Marc Almond 2011
Andy McKee 2011
Yardbirds 2011
Mireille Mathieu 2011
Natacha Atlas 2011
Kareem Abdul Jabbar 2011
Paco Ibanez 2011
Pete Seeger 2011
Denise Jannah 2011
Zakir Hussain 2011
Paco Ibanez 2011
Pete Seeger 2011
Denise Jannah 2011
Macy Gray 2011
Zakir Hussain 2011
Oumou Sangaré 2011
Stevie Wonder 2012
Lenny Kravitz 2012

Bon la liste est longue, et whaouu… que ça fait mal lorsqu’on s’aperçoit de la qualité artistique des personnes concernées. Et à chaque fois, en tout cas dans la plupart des cas, le BDS a influé sur la décision d’annulation.


 PROCESSUS ET METHODES DU BDS

Mais alors c’est quoi le délire ? Comme ça le gars décide d’aller jouer en Israël, et là d’un coup d’un seul, le lendemain il annule ? Quelque chose clochait. Comment font-ils pour être si persuasifs ? Il fallait que j’en sache plus sur la méthode BDS.

Après quelques minutes de recherche, je me rends compte que la « machine BDS » est parfaitement huilée. C’est notamment après avoir lu « la lettre ouverte » de Christophe Deghelt, manager et agent d’artistes de Jazz, qui lui aussi n’a pas échappé à l’appel au boycott dans le cadre du « Red Sea Jazz Festival » (à Eilat en Israël), que j’ai franchement compris pourquoi autant d’artistes annulaient leur tournée en Israël.

[colored_box color= »eg. blue, green, grey, red, yellow »]

DESCRIPTION DU SCHEMA DE PRESSION DU BDS

  1. Annonce publique du concert.
  2. Réaction rapide du BDS par courrier pour boycotter l’événement
  3. Médiatisation par le BDS de l’appel au Boycott.
  4. Envahissement et pressions multiples sur les supports artistiques, professionnels et personnels des artistes (facebook, twitter, youtube, sites internet etc etc).
  5. Intervention de militants sur ces supports se faisant passer pour des fans.
  6. Envoi en masse de mails de pression aux  artistes, bureaux, maisons de prod, collaborateurs, amis,  des artistes par des personnes inconnues.
  7. Manifestations physiques devant les salles de concert ou endroits fréquentés par l’artiste.

[/colored_box]

Bref, vous l’aurez compris, la vie de l’artiste devient soudain un enfer.

Vous venez d’assister à ce que l’on appelle ni plus ni moins : une manipulation. Pire…une prise d’otage. La méthode du BDS n’est rien d’autre qu’une prise d’otage. Certes moins violente physiquement que celles de l’OLP ou du Fatah dans les années 70/80 quand ils faisaient sauter des avions, mais ni plus ni moins, il s’agit de réelles pressions psychologiques menant à enfermer la personne dans un « choix » qu’il n’a pas voulu. Choix qui le confronte de manière très habile à un dilemme manichéen :

–       Alternative 1 : il joue en Israël, il soutient donc la politique israélienne. Il est donc méchant.

–       Alternative 2 : il annule son concert, il soutient donc le peuple palestinien. Il est donc gentil.

Et de manière logique, nous serons tous d’accord pour admettre que la prise d’otage de Julien Clerc et de tous les autres artistes qui ne sont absolument pas responsables de la politique du gouvernement israélien ou de n’importe quel autre pays d’ailleurs, va évidemment permettre au peuple palestinien et israélien de vivre en paix ?

L’artiste est donc pris en otage, instrumentalisé, et menacé de sa probité devant son public et son audience. Et le plus pernicieux dans cette démarche, c’est que la plupart des artistes qui annulent leur concert en Israël n’avaient jamais pris position avant d’être touchés par cet appel au boycott.  Et c’est là ou ça devient intéressant.

Nous sommes en plein Syndrome de Stockholm. L’artiste pris en otage, va développer une sympathie pour son preneur d’otage, voire même adhérer à sa cause.  La boucle est bouclée. Ils sont fort au BDS !

DANS QUEL PAYS PEUVENT JOUER LES ARTISTES DE NOS JOURS ?

Mais alors j’ai une question qui me taraude l’esprit. Cette question même que Christophe Deghelt posait au BDS dans sa lettre ouverte.

« Si chaque artiste devait être en accord avec les politiques du gouvernement du pays dans lequel il joue, où joueraient les artistes de nos jours ?

Ben oui, soyons clairs et honnêtes intellectuellement. Et pour se faire,  je propose de me munir quelques instants du rapport 2013 d’Amnesty International (C’est bon je peux, j’ai le droit ?  C’est honnête comme procédé ?) . Et voilà ce que je découvre.

[colored_box color= »eg. blue, green, grey, red, yellow »]

– 112 pays ont torturé leurs citoyens en 2012

– 101 pays ont réprimé le droit de leur peuple à la liberté d’expression en 2012

– 155 états ont voté en faveur d’un traité sur le commerce des armes à l’Assemblée Générale des Nations Unies en avril 2013- (seuls 3 pays ont voté contre ce traité)

– 80 pays ont mené des procès iniques

– Des prisonniers d’opinions sont détenus dans 57 pays

– Les forces de sécurité de 50 pays étaient responsables d’homicides illégaux commis en temps de paix.

[/colored_box]

Ca c’est pour la synthèse. Mais si vous avez un peu de temps, je vous conseille la lecture totale du rapport, il concerne 153 pays dans le monde…

Alors je veux bien moi qu’on s’attarde sur Israël, mais  à ce moment là permettez-moi de penser que l’on pourrait envisager d’en passer un peu sur l’ensemble des états concernés par le dit rapport, et étudier si eux aussi méritent toute l’attention de l’idéologie du boycott. Ben oui, tant qu’à boycotter un Etat, une nation, un pays pour les « exactions «  de son gouvernement alors autant le faire aussi pour les plus chauds et les plus violents. Et pour le coup, il y a plutôt du boulot, et ce qu’il faut dans la marmite pour l’alimenter. Plus que des mots, j’ai trouvé des cartes, et pas des moindres, puisque ce sont celles d’Amnesty International, et du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés.

2013_executing_countries_high_res MDG : world map with numberof IDP by conflict hjhjhjhj

Je fais un dessin ou c’est bon tout est clair pour vous ?

Alors encore une fois, puisque chers amis du BDS, votre combat est celui de la « paix » (J’ai pas rêvé ?),  quelle peut –être cette force qui vous motive si ardemment à concentrer toute votre énergie sur Israël ? Oui, le conflit israélo-palestinien est un drame…un drame réel, complexe, et aucune des deux parties n’en est sortie indemne jusqu’à présent, bien que toutes les deux je suppose rêvent de paix et de tranquillité.

Pourquoi à la vue du nombre de pays violant les droits de l’homme (et bien souvent dans des proportions et une intensité parfois juste extraordinaires et loin de ce que l’on peut rencontrer en Israël), n’engagez vous pas là aussi les artistes au boycott ? Qu’est ce qu’Israël a fait pour mériter autant d’attention, susciter autant de haine, et se prévaloir de la primauté et de l’exclusivité mondiale de l’appel au boycott, alors que le reste de l’humanité est en train de crever sous vos yeux ?


CETTE CAMPAGNE D’APPEL AU BOYCOTT EST UNE SALOPERIE

Comme le disait Bernard Henri Levy dans un de ces coups de gueule en 2011, « cette campagne d’appel au Boycott est une saloperie . On boycotte les régimes totalitaires et pas les démocraties (… ) on ne boycotte pas la seule société du Proche-Orient ou les arabes lisent une presse libre et manifestent quand ils le souhaitent, envoient des députés au Parlement, jouissent de leurs droits citoyens.  Le seul pays de la région où les électeurs ont le pouvoir de sanctionner, infléchir, renverser la position dudit gouvernement. »

C’est vrai, il a raison Bernard. On peut ne pas approuver la politique du gouvernement israélien, être en total désaccord avec ses positions, c’est une chose, mais si vraiment on veut travailler sur la paix dans le monde, alors commençons par regarder chacun midi à sa porte (comme le suggèrent les cartes ci-dessus) et tant qu’à adopter une position humaniste, alors boycottons aussi le Soudan, la Chine, l’Iran, les pays arabes ou la libre expression des citoyens est interdite et réprimée…pour ne citer qu’eux.

La forme et les raisons profondes de cette prise d’otage, puent, sentent mauvais. Derrière son message de dénonciation et de recherche de paix,  elle sent la délégitimisation non pas d’un pays mais d’un peuple tout entier. Un peuple qui compte en son sein une mixité de religions, des juifs, des arabes, des chrétiens, et une mixité de cultures (irakiens, algériens, marocains, tunisiens, yéménites, ethiopiens, polonais, russes, grecs, turcs, français, anglais, belges, américains, argentins, brésiliens…etc etc…)

Arrêtez de vous voiler la face, et assumez une bonne fois pour toute ce que vous êtes. Arrêtez de cacher derrière cette dénonciation du sionisme,  de manière voilée ou à peine voilée (sans mauvais jeu de mot), votre haine du juif. Et arrêtez d’utiliser cette rhétorique pathétique selon laquelle l’on peut être antisioniste sans être antisémite. Ca ne marche plus. Et ca ne marche plus depuis que cette confusion c’est vous même qui nous l’imposaient continuellement dans tous les médias en criant à tout va « les victimes d’hier sont les bourreaux d’aujourd’hui ». CQFD

Voilà. J’en ai fini avec le Bureau de la Démagogie Sectaire.

Toute cette histoire me donne envie de finir par un grand bravo. Un grand bravo à tous ces artistes qui ont « bravé », je dis bien bravé cette prise d’otage.

Bravo au Rolling Stones, à Sharon Stone, à Depeche Mode, aux Black Eyed Peas, à Placebo, à Rihanna, à Madonna, à Metallica, à Kool and the Gang, à Elton John, à Rod Stewart, à Ozzy Osborne, aux Sex Pistols, à Hindi Zara, à Alicia Keys, à Rachid Taha, à Paul Mac Carney, à Johnny Halliday, à Akon, à Tom Cruise, à Billy Cristal, à Mickael Douglas, à Kirk Douglas, à Leonardo Di Caprio, à Barbara Streisand, à Bjork, à Véronique Sanson, à Michel Fugain, à Paul Anka, à Bob Dylan, à Leonard Cohen…et bien d’autres, et surtout à toi Julien . A toi dont le nom à présent vient briller parmi ces étoiles, pour n’avoir pas cédé à cette manipulation douteuse et ces procédés désastreux et néfastes pour la paix. Bravo à toi Julien. On peut aimer ou pas ton répertoire, mais désormais on aimera ton indépendance d’esprit et ton intelligence.


Et rien que pour ça chez Streetisrael, on se permet d’en rajouter une couche sur ta venue le 7 Juillet à Tel Aviv à l’Opéra de Tel Aviv pour ton concert symphonique.

Infos et réservations chez Lollyprod : 03.658.59.59

Yoram

Yoram

Hum...un jour comme ça j'ai regardé ce qui se passait sur le net, ce qu'on y disait sur Israël. Ce que j'ai vu ne m'a pas plu. Alors j'ai fait quelque chose qui m'a plu : Rootsisrael
Yoram

Laisser un commentaire