S’il y a encore quelques années, le cinéma français était encore rare en Israël, ce n’est plus le cas aujourd’hui puisque celui-ci est non seulement de mieux en mieux distribué, et que plusieurs festivals lui accordent une place de choix, voire lui consacrent le premier rôle. Si cela est possible aujourd’hui, c’est grâce en partie à Caroline Bonnet, qui oeuvre à développer cette tendance. 

(58)