[avatar user=”Nathaniel Lacroix” size=”thumbnail” align=”left” link=”http://rootsisrael.com/auteur/nati/” target=”_blank”]NATI[/avatar]

Mardi soir, 22h30 boulevard Rothschild, pinte de Goldstar en main, je vois cette jolie blonde au loin. Un regard à droite un regard à gauche, pas un Georges Clooney dans les parages, je fonce !
Plusieurs scenarii s’offrent à moi…


…Premier scenario
Délaissée par ses copines le temps d’une pause « j’ajuste mon maquillage aux toilettes » j’attaque direct sans préliminaires la punchline « Les gens m’appellent Nati, mais tu peux m’appeler demain soir ». Serviette en papier avec mon numéro griffonné dessus, petit sourire en coin à la Brad Pitt, clin d’œil à la Daniel Craig, je repars « comme un prince ». Je vous avoue que mon assurance n’est pas la même quand je suis à jeun mais là il faut dire que le Red Bull m’a « donne des ailes ».
Regard amusé elle prend le bout de papier et me lance un regard « challenge accepted ». C’est dans la poche maman, prends tes billets !


… Deuxième scenario

Sur la piste de dance, fort de mes 6h de cours de zumba, j’ai été recalé à « danse avec les stars » mais ce soir c’est décidé j’offre mon plus beau déhanché. Elle s’approche, l’air amusée et se met à me suivre. Un rock, une salsa, une danse du ventre, on enchaine et je lance mon plus beau clin d’œil au DJ en mode « Ahi, c’est le moment ». Bim ! Il me balance la B.O. de Ghost et nous voilà prêt à discuter. Blague 1 : ok ; blague 2 : ok, blague 3 : je l’embrasse. Inattendu et cash elle aime les gens spontanés. H(R)ootspanit !


… Troisième scenario
Je m’approche d’elle, commande 10 shots d’arak. J’approche cinq shots devant elle et lui lance « le premier qui finit ne paie pas ! ». Je lance un lehaim et hop le challenge commence. Cinq shots plus tard et on a nos têtes de « le dernier était dur quand même ». Maintenant qu’on a brisé la glace on peut parler. J’avoue que cette fois-ci on commence avec quelques grammes mais au moins ça détend les discussions. On dit que « l’alcool n’est pas la solution » mais cinq shots ça fait pas de mal !
On discute de nos vies, du pourquoi on est ici, de la fréquence de nos sorties et de nos ambiances préférées à Tel Aviv. Le courant passe bien (ndla : j’en déduis donc que l’Arak est conducteur) et je promets de lui faire découvrir ce petit bar que personne connait… bingo j’ai son 05 ! SMS nocturne et le rendez-vous est pris … Jeudi j’ai pas le droit à l’erreur.


…Comment ça s’est réellement passé….
Je m’approche d’elle, essayant d’éviter les gens à droites, les gens à gauche, les gens en bas (WTF ?)… Me voilà maintenant à presque 3m d’elle quand ce grand (5 têtes de plus que moi), chauve (ça brille même !), muscles saillants et large comme un paquebot la prend par le bras…..

(3)