L.I.M

La couverture du dernier numéro de Marianne est assez éloquente cette semaine. Le titre : « Pourquoi les religions les rendent fous ? » Tout autour, on peut voir dans cinq carrés des photos censées au minimum évoquer le contenu du dossier et au mieux illustrer le propos. Et dans ces images, évidemment, il y a des juifs orthodoxes. Donc déjà quand tu vois ça, tu te dis ceux-là avec leur chapeau, leur costume noir et leurs papillotes font partie des fous. Pourquoi ? On ne sait pas. Et on ne le saura jamais puisque Marianne a utilisé cette photo juste pour faire dans le : « y’a des fous partout » et n’a pas expliqué en quoi ces messieurs auraient pété les plombs.

Screen-Shot-2014-11-25-at-3.00.56-PM

Le problème c’est que des kiosques qui affichent cette couverture dans leur petit présentoir, il y en a partout. Le problème c’est que sur les 100 000 personnes qui passent devant et voient cette image, combien achètent le journal et se rendent compte de l’énorme foutage de gueule ? Le problème, encore une fois, c’est que ce qu’il restera dans leur mémoire, en allant au boulot ou au collège, c’est que les juifs orthodoxes sont des fanatiques extrémistes. Le problème c’est que même sans avoir ouvert le journal, ça pourra faire le sujet d’une conversation devant la machine à café :

« Bonjour, Monique, un sucre ? » – « Oui, merci et un peu de lait aussi s’il-te-plaît. Tous ces fanatiques religieux me retournent l’estomac. Quoi tu n’as pas vu ? Ils en parlent encore dans Marianne ! De toute façon c’est partout pareil, juifs ou musulmans, ils n’arrêtent pas ! »

A ce moment là de la conversation, premièrement Monique a menti : elle n’a pas ouvert Marianne, deuxièmement son collègue s’en fout, lui donne son sucre, son lait et a enregistré la dernière phrase qu’il pourra mettre en commentaire sur Facebook la prochaine fois qu’il en aura l’occasion. C’est-à-dire le soir même.

Avant ça comme il n’est pas si con, il va se renseigner et cherchera sur Google : « extrémiste juif ». D’abord il cliquera sur « images » ça va plus vite, il est fatigué et son but n’est pas d’écrire une thèse sur le supposé terrorisme religieux juif. Des centaines d’images s’affichent. Il a du mal à discerner ce que Google Images entend par « extrémiste juif » car on lui montre successivement des images de juifs orthodoxes (que cachent-ils sous leur chapeau ?), d’enfants qui étudient la Torah (le manuel pour devenir extrémiste ?), de soldats de Tsahal (l’armée française serait-elle extrémiste religieuse aussi ?), la photo du juif qui crie sur une femme musulmane (comme il ne sait pas qu’elle vient de lui arracher son livre de prière, il a de la peine pour elle et la haine contre lui) et pour finir le logo de la LDJ (qui doivent être très très nombreux car c’est pas la première fois qu’il en entend parler).

Comme il a encore une vingtaine de minutes devant lui, le temps que son rôti termine sa cuisson, il décide de poursuivre ses investigations. Il clique sur « Actualités » pour connaître les dernières news en terme d’extrémiste juif. Et là que lit-il ? « Israël : un extrémiste juif blessé par arme à feu à Jérusalem ». Il se dit : « ben si c’est un extrémiste c’est qu’il l’a bien cherché, tant pis pour lui ». Plus bas, il découvre que « les extrémistes juifs appellent à une marche à Jérusalem ». Là ça l’intéresse un peu plus, du coup il clique sur le lien. Tout comme l’affiche de Marianne, le contenu de l’article usera de verbes et d’adjectifs qualificatifs pour broder et rendre le plus extrémistes possibles un groupe de personnes à qui l’auteur de l’article n’a pas grand chose à reprocher si ce n’est de « marcher » près du « troisième lieu saint de l’islam », que les juifs appellent « mont du Temple » . Dit comme c’est dit, lui ne rira pas en lisant la publication sur Facebook suivante : « Les juifs vous êtes tellement vicieux que vous avez été construire votre temple sous la mosquée !!! ». Non, il ne comprendra pas la connerie qu’il vient de lire, il likera et partagera. Dans un élan de pacifisme, il ajoutera : « Oui mais tu sais, c’est partout pareil, c’est la religion qui les rend tous fous » avant d’aller manger son rôti, content de lui.

Le lendemain à la cafet’ :

« Monique, tu avais raison… Tu savais que les juifs avaient construit leur temple sous la mosquée ?

  • Quel temple ?
  • Je sais pas, un temple là-bas à Jérusalem..
  • Quelle mosquée ?
  • Ben celle qui a été construite sur le temple !
  • Bref, je comprends rien à ton histoire, tu peux me passer le sel s’il-te-plaît ? J’ai un dossier à finir, j’suis à la ramasse et.. »

Jingle.

C’était un épisode de « On ne sait pas de quoi on parle, mais comme on ne sait pas de quoi parler on en parle quand même ». A suivre : Dans le prochain épisode, Monique apprend que les extrémistes ont modifié la Bible et y ont inscrit que Jésus était juif .

 

(124)