R.S
R.S.

Pendant des années, Zemmour apparaissait comme une sorte de Gargamel; une caricature du juif réac’, dévoreur de petits nenfants LGBT socialistes à tendance écolo peints en bleu. Barma et Ruquier étaient dans leur rôle; celui de faire du fric avec l’audience des condamnés à passer des samedi soirs pourris, de gauche comme de droite.

Zemmour fut au moins complice de ce processus; il en a profité et en a usé jusqu’à la corde.
Pourtant, il y a une semaine, Ruquier et Zemmour sont allés beaucoup plus loin.


Zemmour aime l’Histoire, mais ne la connaît pas

Depuis longtemps déjà, il me semblait assez ridicule qu’un soi-disant amoureux de la France comme Eric Zemmour fut à ce point misogyne.

Sainte-Geneviève a sauvé Paris au Ve siècle et a contribué à convaincre Clovis de se faire baptiser. «La France est née avec le baptême de Clovis», ce n’est pas Mélanchon qui a dit ça, mais de Gaulle.

Sautons, si j’ose dire, Clotilde, Frédégonde et Brunehaut, Berthe aux grands pieds, Anne de Kiev, Blanche de Castille, et même Aliénore d’Aquitaine et pensons à ce que représente Jeanne d’Arc dans la conscience nationale française. Et bien sûr, je peux continuer jusqu’à plus récemment avec Marie Curie, Lucie Aubrac et autres Simone (Weil, Veil, de Beauvoir), etc. Bref, pour être misogyne, il faut occulter une grande partie de l’histoire de France.

La semaine dernière, Eric Zemmour a démontré qu’il confondait culture générale et Histoire, notamment quand il a dit à deux reprises que son rêve était de vivre dans la France du XVIIe siècle.


La première chose à savoir est qu’il n’aurait certainement jamais dépassé l’âge de 5 ans, vu sa corpulence, l’hygiène et la médecine de cette époque. A proprement parler, tout porte à croire qu’il aurait été impossible à Eric Zemmour de vivre à cette période, même s’il y était né. Si le souhait du petit Zemmour c’était d’être en fait Louis XIV, qu’il sache ce que le roi-soleil a physiquement enduré toute sa vie; c’est simple, c’est sur wikipédia et c’est une horreur…

Manifestement, Zemmour, en amateur, s’essaie, mais se manque, justement pare qu’il a de l’Histoire une conception d’image d’Epinal.

Mais, en démocratie, un incompétent a le droit de donner son avis, même si cet avis est construit d’approximations et de contes pour enfants. Il est au mieux dans la grande histoire, à laquelle s’oppose la petite histoire qui est celle des historiens modernes, car c’est celle qui s’occupe de tous les détails de la vie quotidienne de toutes les strates sociales dans un lieu et à une époque donnée. Sinon, il s’agit de la vie des rois, des princesses et des grandes découvertes… Ça s’appelle de la culture G.

Là où ça devient dangereux, c’est quand avec le même type d’outils intellectuels de papier et de vent, on prétend bâtir une analyse solide sur un point très spécifique de l’Histoire et qu’on bénéficie, en sus, d’une énorme visibilité médiatique.

En l’occurrence, Zemmour se fourvoie complétement dans son interprétation de Vichy.


Sur Vichy

Vichy fut un système de gouvernement, un personnel politique et une période de l’histoire de France. Dans ces trois acceptions de Vichy, la dimension antijuive est essentielle. C’est sur cet aspect qu’Eric Zemmour a été interpelé dans ONPC, soutenant que le régime a voulu sauver les juifs Français.
Les petits malins aiment dire en Histoire, comme en politique, que rien n’est tout noir ou tout blanc. J’aime leur répondre que le gris aussi a des variantes, et que souvent les différences entre le gris anthracite et le noir le plus sombre sont minimes et invisibles en matière de politique.

En tant que régime, dix jours après l’abrogation de la République, le 22 juillet 1940, Vichy dénaturalise environ 7000 juifs, et dès le 17 octobre, le statut des juifs est décrété. En 1942, avant l’occupation de la zone libre, obligation est faite à tous les juifs de s’enregistrer auprès de l’Union Générale des Israélites de France; ces fichiers vont être d’une efficacité redoutable pour les rafles qui vont suivre.


Le bilan concernant les juifs est simple: plus de 75000 juifs ont été déportés de France, dont 10% de juifs nés Français, sur un total de 300 000. Plus du quart de tous les juifs présents sur le sol national en 1940. Or, la plupart des juifs était intégrée, beaucoup se sont cachés, 3500 Justes en ont protégés, certains ont rejoint la Résistance, l’Afrique du Nord ou la zone d’occupation italienne, dans un contexte de guerre et de corruption généralisée. D’autres, enfin, comme mon grand-père, étaient prisonniers de guerre en Allemagne. L’intégration des juifs faisait que la constitution de ghettos était inenvisageable en France, d’où les camps d’internement (ou de transit) de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande, et même Drancy. Or, puisque l’extermination générale des juifs est mise en place à partir de 1942, et que la France ce n’est pas tout près de la Pologne, il faut reconnaître que 75000 déportés, sans compter les résistants, ça fait du monde à gérer en moins de deux ans, puisque le débarquement en Normandie intervient le 6 juin 1944.


Donc, oui, Vichy a sélectionné les juifs qui devaient mourir en premiers, de là à penser que le régime pétainiste a sauvé les juifs Français, c’est une ineptie que contredisent les faits.


Le personnel politique de Vichy peut, quant à lui, être teinté de toutes les nuances du gris que l’historien Alain Michel veut tirer au plus pâle, cet historien sur lequel repose en grande partie cette thèse de Zemmour.


Cependant, la personnalité de Pétain est celle qui incarne le plus Vichy.


C’est vrai que Pétain est encore méconnu du grand public. Mais ce que les études ont prouvé c’est à quel point le personnage est encore plus détestable que l’image que l’on avait de lui. Les deux véritables questions qui demeurent à son égard sont, d’une part, est-ce que Pétain a monté, notamment grâce à Laval, la défaite en intelligence avec l’Allemagne? Et d’autre part, a-t-il joué un double jeu diplomatique à partir du débarquement en Afrique du Nord? On sait déjà, d’après les Mémoires de Poincaré, que dès 1916 Pétain voulait abandonner Verdun, et que Joffre a écrit que c’est Nivelle et pas Pétain qui a remporté Verdun.


Baudouin, ministre des affaires étrangères de Vichy, écrit dans ses «Souvenirs», à propos de la session du 1er octobre 1940, portant sur le futur statut des juifs: «Long conseil des ministres de 17h à 19h45. C’est le Maréchal qui est le plus sévère pour l’exclusion des juifs». Le même maréchal qui, dès le 15 septembre 1940, disait clairement que la France devait s’adapter à l’ordre nouveau du Reich, cet homme qui dira en 1943: «Miliciens, aidez-moi à montrer le vrai visage de la France!» Et quand on me dit que Pétain a sauvé des juifs, je réponds: Goering, Eichmann et Hitler aussi.


Quant à la période que représente Vichy dans l’histoire de France, il me semble manifeste que je ne partage pas la même conception de la grandeur qu’Eric Zemmour. Ses héros ressemblent trop à mes ennemis. Comme concernant son fantasme d’un XVIIe siècle de films de capes et d’épées, Zemmour ne se rend pas compte que s’il avait vécu sous Vichy, il aurait certainement perdu la vie.


A moins que…

A moins qu’Eric Zemmour  ne fasse une projection avec sa propre situation et celle de la France actuelle.

La chroniqueuse Léa Salamé a clairement dit qu’Eric Zemmour lui avait confié au moins sa sympathie, si ce n’est son vote pour le FN. Or, Léa Salamé et lui, me semble-t-il, animaient jusqu’à peu la même émission sur i-télé. D’ailleurs, un point machiavélique à Laurent Ruquier qui a invité un ponte de Canal+, Michel Denisot, employeur de Zemmour…

Et le réac’ de se muer en facho honteux! C’était le bouquet! Non, pas le Bouquet Canal.


Eric n’est pas d’accord avec tout ce que Marine dit; la bonne nouvelle! Même Jean-Marie peut en dire autant, et Bruno pareil.

Donc, ça serait ça le secret; Zemmour qui voit la guerre civile poindre, veut joindre l’utile à l’agréable en se disant: «Je survivrai, je serais même reconnu, et on va se débarrasser de toute cette clique soixante-huitarde qui s’enrichit en manipulant les racailles et les étrangers inassimilables».
Zemmour n’est pas stupide et certains éléments de sa pensée ne sont pas dépourvus d’une certaine perspicacité, parfois, mais pas là.

Il se trompe, comme se sont trompés Emmanuel Berl et d’autres juifs que je ne préfère pas citer ici, sous le régime de Vichy. Car dans la guerre civile qui pourrait survenir en France, justement les juifs, en tant que juifs, et non pas en fonction de ce qu’ils pensent ou sont, seront pris dans l’étau entre les islamistes et les racialistes. Et si guerre civile y il a, cela ne sera que la conséquence de l’absence d’une alternative réellement démocratique et bien sûr de la faillite des pseudo-démocrates aux commandes aujourd’hui.

Finalement, le sympathique Laurent Ruquier a pour la première fois déconseillé d’acheter le livre de son invité et Zemmour ferait bien de se préparer à quitter le groupe Canal. Dans sa lancée, et d’ici que la guerre éclate, il sera blacklisté et sera ainsi voué à errer autour de la galaxie bleue marine. Qu’il se rassure, ça fait monter les ventes.

Tout un programme; celui du suicide intellectuel d’un Eric Zemmour que je ne regretterai pas.

(181)