Mr Valls, merci de m’avoir donné une vraie raison de rester français

Yoram

YORAM SALAMON

Enfin !

A mon sens, depuis « J’Accuse », au moment de l’Affaire Dreyfus, on n’avait pas entendu un discours d’Etat aussi clair, tranché, et éclairé sur l’insupportable condition de l’antisémitisme en France.

Le 13 Janvier 2015… Cette date est à marquer dans les annales.

Ce discours historique,  je le considére, en tant que Juif, Monsieur Valls, comme la fondation d’un engagement d’Etat, et d’une promesse d’agir, non seulement au niveau répressif, mais aussi politique, éducatif,  social,  afin que les musulmans ou non musulmans qui choisiraient le chemin de l’islamisme sachent à présent que cette voie est totalement, fermement, absolument condamnée et condamnable.

Vous venez d’engager toute la Nation.
Cet engagement vous l’avez fait en tant qu’ homme de gouvernement.
Vous me redonnez espoir en la force de nos représentants

Cet engagement vous l’avez aussi fait en tant que représentant d’un parti politique démocratique.
Vous me redonnez espoir en la force de l’idéal démocratique et des partis qui le supportent.

Mais aussi, cet engagement, vous l’avez fait en tant que socialiste.
Vous venez ainsi de refermer ainsi plus de 30 ans d’aveuglement idéologique, légitimé par une politique du déni et du politiquement correct.
Vous venez de redonner une vraie raison d’être à ma sensibilité de gauche… et je suis certains que nombre de mes corrélégionaires juifs ressentent a cet instant la même chose que moi.


 Nous juifs, payons le prix fort d’une politique d’aveuglement de vous, représentants français.

Nous juifs, payons le prix fort d’une répression faussement répressive, dans laquelle de nombreux actes antisémites sont traduits dans leurs condamnations, comme des actes délictuels ou criminels de droit commun.

Nous juifs, nous payons le prix fort de votre politique de terre brulée, de votre immobilisme face aux territoires perdus de notre République.

Nous juifs, nous payons le prix fort d’une politique d’abandon d’enseignement de la Shoah non seulement dans les écoles situées dans les quartiers sensibles, mais de plus en plus dans ceux reconnus sans problèmes prioritaires. Ces écoles dont le respect de la République, de ces citoyens quels qu’ils soient , a laissé depuis trop longtemps, la place au discours communautariste, prosélytiste, et antisémite les plus extrêmes.

Nous juifs, nous payons le prix fort de l’abandon de notre protection par nos représentants démocratiques. Certains d’entre nous en sont même venus, dans le désespoir, le déni, et la désinformation à penser que seul le FN avait fait de leur condition, sa nouvelle préoccupation. 

Nous juifs, nous payons le prix fort d’ un glissement idéologique qui a légitimé son antisémitisme  en le cachant ( a peine aujourd’hui) derrière un antisionisme obsessionnel, devenu pour ses défenseurs,  une croisade planétaire contre un pays qui emmerde tout le monde, mais dont les problèmes et les problématiques bien que réelles représentent  une poussière à l’échelle de ceux de la planète.

Nous juifs, n’avons rien contre nos frères musulmans, mais il faut qu’a présent ceux-ci fassent remonter d’une seule voie,  leur intérêt pour le combat mené non seulement par l’Etat, mais a présent par chaque personne se sentant tout simplement citoyen de ce pays. Ce mal c’est le mal de tous, et ce n’est pas celui d’une religion, mais celui du passéisme de chacun, quelque soit sa religion ou sa non-religion.

La majorité d’entre ne cautionnons pas les amalgames. Et entendons nous bien, ne pas cautionner les amalgames ne veut pas dire que nous ne considérons pas que le malaise ne provient pas des antres de de l’Islam, mais nous ne cautionnons pas les pensées ou idéologies qui tendent à mettre  les 6 ou 7 millions de Français musulmans dans le même sac que ces extrémistes islamistes. De manière identique, aucun juif n’est responsable des actes commis par d’autres intégristes hommes ou femmes, qui partagent  la même religion.

Il était temps Mr Valls comme vous l’avez dit, d’agir, de réparer, de panser la  » fracture sociale » dont un certain Mr Chirac n’avait inventé le concept publicitaire que pour mieux se vendre électoralement.

Il était temps que la France tape du poing sur la table, et entame une chimiothérapie intensive contre le cancer qui la ronge, et qui faute d être soigné a temps, si ce n est déjà trop tard finira par tuer tous les organes vivants qui  composent la Nation. 

C’est en redonnant confiance à chacun d’entre nous, juifs, musulmans, chrétiens, laïcs, que cette tumeur disparaitra. C’est en se battant à présent, et en impliquant chaque Français dans ce combat que ceux-ci n’auront plus a considérer devoir marcher dans les rue de Paris ou de France en masse, pour réclamer la protection à laquelle ils ont droit en tant qu’être faisant partie d’une nation une et indivisible.

Emmanuel, plus jamais ça.

Yoram

Yoram

Hum...un jour comme ça j'ai regardé ce qui se passait sur le net, ce qu'on y disait sur Israël. Ce que j'ai vu ne m'a pas plu. Alors j'ai fait quelque chose qui m'a plu : Rootsisrael
Yoram

Laisser un commentaire