Olé Hadash: le dépucelage

L’arrivée en Israel peut parfois être comparée à l’entrée dans une grande école: tu te demandes si tu n’as pas l’impression d’être pris dans une sorte d’immense Week-end d’intégration, sauf que ça risque de durer toute la vie!
Mais pour toi, nous te proposons le guide du Olé Hadash, le dépucelage, le bizutage… le bleu bite.
Bref, tout ce qu’il faut savoir pour passer sans encombre les premiers mois en tant qu’olé hadash.

Premier conseil
VIENS AVEC UN ENFANT!!! ou loue en un si tu n’en as pas.
Oui, les israéliens adorent les enfants, donc quand tu te pointes à la banque, à la sécu, tout autres administrations, la présence d’un enfant dans tes bras risquent de ta faciliter grandement les choses. Tu verras miraculeusement le visage buriné par le sable et le houmous du chauffeur de taxi s’adoucir en un instant à la vue de ta bruyante progéniture.

Deuxième conseil
Oublie le concept même de « faire la queue »… pour rentrer dans le bus, dans le train, ou autre, ici ça n’existe pas, ici la « queue » n’est plus qu’une grappe humaine… on fait la grappe au lieu de faire la queue.

Troisième conseil
N’essaie pas de te faire plus israélien que tu ne l’es en réalité…
Garde ton charmant petit accent français pour expliquer gentiment au type qui pense que l’on peut te doubler le prix qu’avec toi ça ne passe pas.

Quatrième conseil
N’essaie pas non plus de te faire moins israélien que tu ne l’es…
N’hésite donc pas à directement t’asseoir à côté du chauffeur de taxi tout en fouillant dans sa boîte à gant, histoire de vérifier s’il ne lui reste pas encore quelques cacahuètes de la veille.

Cinquième conseil
Ne laisse jamais ta place à une vieille dame quand tu fais la grappe à la caisse du supermarché, car elle s’octroiera d’elle même ta place.

Sixième conseil
Si tu croises un israélien qui te dit « Mais pourquoi tu es venu en Israël! En France tu  as un boulot, les assurances sociales, les allocs, la paix, tu parles la langue, etc, etc »… ne soit surtout pas surpris, c’est normal… venir en Israël n’est pas la conséquence d’une décision rationnelle et logique.

Septième conseil
Oui, il est possible de se nourrir que de houmous, ce n’est pas un simple condiment comme la moutarde… Répète après moi: « c’est la pita qui accompagne le houmous et pas l’inverse.

Huitième conseil:
Si quand tu arrives en Israël, on n’insiste pas pour que tu fasses l’armée, pas la peine d’insister à ton tour pour la faire: si on n’a pas voulu de toi c’est sans doute parce que tu serais plus dangereux dans tzahal que dehors.

Neuvième conseil:
Être à découvert n’est pas dramatique en Israël, c’est sans doute même le meilleur signe de ton intégration dans le pays! Tu es à -12000! Tu prends quand même des vacances à Eilat? Tu es devenu un vrai israélien…

Dixième conseil:
Si tu as un doute, regarde dehors le ciel bleu: les problèmes sont toujours plus faciles à gérer quand il faut beau… Et quand il pleut en Israël, on apprend rapidement à en être heureux.

Et oui, de tous les conseils que l’on peut donner, c’est vraiment d’accepter qu’Israël existe et que c’est chez toi… si l’on a tous entendu des gens dire « Mais Israel ne devrait pas exister et que l’on ne devrait pas y être », on peut leur répondre « Vous avez tout à fait raison… le fait que ce qui ne devrait pas exister soit en vie est la définition même du mot miracle ».

Israel Tavor

Israel Tavor

Né entre l'Europe et l'Amérique, juste au milieu de l'Asie, Israel Tavor sort diplômé de neuro-physique quantique à l'Université du MIT à Harvard. Parti soigner des enfants malades en Afrique au Vietnam, il retire de cette expérience de vie un livre,qui deviendra un best seller, La Bible. Sentant l'appel du Moyen Orient, Israel Tavor vient s'y installer, qui, grâce à sa seule présence, est connu dans le monde entier sous le nom de "Terre Sainte". En son honneur, le pays a voté à l'unanimité un changement de nom afin de s'appeler comme lui. C'est à la fois sa sagesse et son savoir qu'il a décidé de partager avec nous... Merci à toi.
Israel Tavor
There is 1 comment for this article

Laisser un commentaire