Pourquoi les israéliens embrassent comme des lave-linge ?

Le titre est un peu provocateur, j’en conviens, mais si vous avez fait l’expérience ou que vous avez un peu écouté les filles françaises autour de vous, vous conviendrez (vous aussi) que c’est la vérité. Bien évidemment, je ne me fait que le témoin d’une génération et d’un ressenti général, ce n’est pas de mon expérience personnelle que je parle. Ben non moi j’embrasse personne (t’inquiète maman, c’est pas du tout ce que je fais en Israël)

Voici donc le postulat de base, la pratique courante, l’usage : surtout on tourne bien vite, on met beaucoup de salive, beaucoup de langue, beaucoup d’énergie et donc, on se transforme en machine à laver… Darty n’a qu’à bien se tenir !

Maintenant, cherchons leur quand même quelques excuses, ou au moins quelques explications…

Pourquoi mettraient –t-ils leur langue dans nos bouches aussi violemment, comme un enfant de CE2 qui veut tailler son crayon le plus rapidement possible ?

–        Ils pensent qu’en tant que françaises, on est des adeptes du « french kiss » : alors peut-être que c’est de ce côté-là qu’il faut revoir la définition, le postulat. Est- ce que le « french kiss » signifie juste « présence de langue » ou « beaucoup de langue », y a-t-il des règles préétablies ? Peut-être qu’on pourrait faire des petits guides, comme les chinois qui reçoivent des guides pour bien se comporter comme touristes. On devrait capitaliser sur un certain savoir-faire. Oui parce qu’en pensant aux chinois moi ça me fait peur, imaginez les filles, qu’un jour on commence à nous cracher dans la bouche.

–        Ils pensent qu’on aime quand c’est mouillé. Certes, cette phrase est un peu alambiquée et ambivalente mais bon n’est pas à ça près dans cette chronique. Donc, le fait que ce soit mouillé, certes, ça glisse mieux. mais bon de l’humidité, à Tel Aviv, avec jusqu’à’ 80% la nuit, je crois qu’on a notre dose. Et on en parle de ceux qui mettent la langue dans notre oreille ? Je croyais qu’on manquait d’eau dans ce pays bordel ? Pas de salive apparemment. On sait que les cotons-tiges israéliens manquent de coton, mais on va se débrouiller autrement, merci !

Je suis désolée mais même en cherchant bien j’arrive pas à leur trouver plus d’excuses. Les mecs, on a plus 15 ans, et quand bien même, il ne faut pas mettre votre langue dans notre bouche de cette façon.

Maintenant, si vous voulez vous transformez en machine à laver, moi je vais vous envoyez au SAV. Ben ouais si t’es cassé, c’est pas ma faute, c’est la faute à ta mère….

Sarah Dray

Sarah Dray

« Se définir par ce que l’on est, pas par ce que l’on a », une de mes grandes devises ! Amoureuse des mots donc : des mots drôles (plus ou moins vous verrez par vous-même), des mots chantés (plutôt par les autres), des mots hérités (presque plus que la cuisine), des mots frappés (sur ordi ou sur un débat) des mots échangés (surtout ceux-là en fait) ! Des mots questionnés aussi (vous avez dit juif ?) Et amoureuse des routes, prenez les mêmes adjectifs et recommencez, mélangez le tout et vous obtiendrez la route qui m’a menée en Israël, la rootsisrael 😉
Sarah Dray

Laisser un commentaire