Puisque le vote feuj compte pour du beurre… Croyons en l’élection Providentielle !

Franck Médioni

FRANCK MEDIONI

Bon c’est pas le tout, mais le temps passe, et l’on s’approche de la date fatidique de, de… Pessah, oui mais surtout à l’élection présidentielle que je pensais !

Je vous le concède : il n’y a pas (ou plus), à proprement parler, de vote Juif, et eu égard à la faible représentation de Juifs électeurs (200 000 à tout casser sur plus de 45 millions), le bulletin feuj compterait presque pour du beurre. Mais, il y a quand même, habituellement, un vote bon pour les Juifs… Autrement dit, pour paraphraser nos frères américains, qui se posent régulièrement la question avant de glisser le bulletin fatidique dans la boîte de pandore : « What’s is good for the Jews ? »

Enfin, c’est ce qu’on se dit habituellement… Mais là vous en conviendrez, il n’y a rien d’habituel dans cette élection. Le parti Les Républicains (ancien UMP, ancien RPR) n’est même pas sûr d’être au second tour, tout comme le Parti Socialiste d’ailleurs qui, s’il a conservé son nom, lui, a perdu son âme en naviguant toujours plus vers bâbord. Pas facile dans ces conditions, en tant que Juifs Français de se faire une opinion, petit tour d’horizon des futurs possibles locataires de l’Élysée, vus à travers le prisme Juif.


1. N’avoue jamais, jamais, jamais…
Il y a ce type pas très sourcilleux avec l’argent public et les dessous de table, mais qui les fronce (NDLR les sourcils) dès qu’il évoque la circoncision et l’abattage rituel, qu’il juge… archaïques.
(http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/03/05/97001-20120305FILWWW00449-le-crif-choque-par-fillon.php). Bon depuis il s’est repenti, sur ça comme sur la caricature un tantinet connotée, made in Les Républicains, de l’un de ses concurrents, ex banquier de son état. (https://www.tribunejuive.info/france/francois-fillon-repond-aux-amis-du-crif-par-sylvie-bensaid)


2. Y’a les feujs, y’a les beurres dans le RER, La banlieue elle est rose ?

Il y a celui qui, qui souffre d’un fort strabisme divergeant (ou convergeant c’est selon) à l’extrême gauche et qui promet qu’à ne rien faire on va de toute façon gagner des sous et ce, qu’on soit étudiant ou cadre supérieur… Celui-là n’hésite pas, au hasard d’une petite saillie politicienne dont il a le secret, à se féliciter du conflit israélo-palestinien, qui fait bien ses affaires, puisqu’il lui permet de récupérer l’électorat des banlieues. (https://www.marianne.net/politique/face-l-islamisme-et-au-communautarisme-enquete-trappes-sur-le-vrai-benoit-hamon) sans compter qu’il fait de la reconnaissance d’un Etat Palestinien un axe majeur de sa campagne ( https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/134172-170102-france-hamont-pronera-la-reconnaissance-de-la-palestine-en-cas-d-election)


3. Je retourne ma veste, toujours du bon côté.
Il y a l’électron libre, chantre d’une politique sociale libérale, plutôt à droite de la gauche, donc à gauche de la droite, mais qui veut bien s’acoquiner avec le centre pourvu que ce dernier soit proche de la droite mais prêt à apporter son soutien à un candidat marqué à gauche. Je vous ai perdu ? Je parle de ce candidat, à la mèche sage et à l’allure de premier de la classe. Celui qui une semaine, ne tarit pas d’éloges sur Israël, sa culture, son économie dynamique, sa liberté d’entreprendre, ses start-up, ses nouvelles technologies… Et qui la semaine suivante, on ne sait pourquoi, s’inquiète de la proportion d’enseignement de la Torah (Kodesh) dans les écoles juives en France, alors que celles-ci affichent un taux de réussite proche de 100 % au BAC (sic). (http://www.huffingtonpost.fr/aviel-bensabat/juifs-arretez-l-etude-de-la-torah-dans-vos-ecoles/)


4. Aimez-vous, les uns les autres, enfin surtout les uns !
N’oublions pas cette vertueuse autant que plantureuse quinqua blonde qui veut protéger, de ces mamelles nourricières et matriarcales les Juifs, comme jamais ils ne l’ont été. La candidate, fait ainsi Teshouva pour son papa (mais vous m’accorderez que ce n’est qu’un point de détail), pour l’ensemble des identitaires qui composent son parti, ainsi que pour des générations de nostalgiques du Maréchal, fervents lecteurs de Rivarol, Minute et auditeurs de Radio Courtoisie. Oui je parle de celle-là même qui, il y a encore peu, face à Guillaume Durand, voulait arracher le pouvoir à une élite (qu’on prend garde de ne pas nommer mais que l’on désigne à mots à peine couverts) pour le rendre aux Français, aux vrais… https://www.youtube.com/watch?v=NvL5QF-AnNg


5. Ah ça ira, ça ira, ça ira, tous les hologrammes à la lanterne.
Reste un ancien socialiste modéré, devenu révolutionnaire et qui a glissé depuis 2002 sur la planche savonneuse de l’extrême-gauche. Bien qu’holographique dans les sondages comme dans ses meetings, il n’en est pas moins virulent à l’égard de l’État Hébreu et particulièrement des Français Juifs et de l’affection qu’ils portent à Israël…. Bouhouhouhou la double allégeance ! (http://www.huffingtonpost.fr/frederic-haziza/front-de-gauche-antisemitisme_b_6733606.html)


Voilà, voilà… Et je vous ferai grâce des anecdotiques derniers de la classe, ceux qui, endormis près du chauffage, qui bien qu’ayant eu leurs 500 signatures, ne feraient certainement à un Poutou (fallait que je la fasse celle-là) à un juif de la Palestine occupée illégalement depuis bientôt 70 ans…

Bref j’espérais qu’à coucher tout cela sur le papier, ou plutôt sur le web, j’aurais trouvé une solution à mes interrogations, une forme de catharsis judéo-citoyenne, mais là, je dois dire que l’auto-psychothérapie, ne fonctionne pas…

Reste à sauver ce qui peut l’être : les trois couleurs, la République et ses valeurs : les libertés individuelles, le respect de l’autre, la tradition d’accueil… qui a font la grandeur de ce Pays. Quant à ceux qui me diraient qu’ils en ont marre de voter contre un candidat, plutôt que pour un projet, je leur répondrai qu’ils ne votent pas contre, mais POUR la France ! Aussi, bien que n’étant pas mystique et n’ayant pas pour habitude de m’en remettre à la Providence je me dis que finalement, ça ne peut pas faire de mal. Voire, cela pourrait bien marcher, au point où on en est.
Ce samedi et jusqu’au 22 avril, je prononcerai donc avec plus de ferveur encore, la Prière pour la République. Vive la France, et vive la Providence de la République !

Franck Médioni

Franck Médioni

Franck Médioni a exercé le noble métier de journaliste durant plus de 10 ans pour la presse magazine généraliste et communautaire, avant de mal tourner et de devenir Conseil en communication et concepteur rédacteur ! Son principal dilemme : il aime la pitah falafel, et la pitah le lui rend bien… trop bien !
Franck Médioni

Laisser un commentaire