Sophie Taieb
Sophie Taïeb

Vous savez qu’il y a beaucoup de mariages mixtes en Israël ? Et que par mariage mixte on entend mariée française et mari israélien ?

Le choc des cultures, ça passe ou ça casse. Parmi les olot plus ou moins hadachot, il y a deux écoles. Il y a celles qui expliquent qu’elles ne pourront jamais faire leur vie avec un israélien, et celles qui n’aspirent qu’à cela. Alors rien que pour vous, aujourd’hui, voici les 5 bonnes raisons de sortir avec un israélien (et les 2 de ne pas).

1. Vous allez apprendre l’hébreu super vite.
Maintenant que c’est clair pour tout le monde que l’on ne parle pas l’hébreu en sortant de l’oulpan (disons qu’on le parle suffisamment pour épater les copains de France qui viennent en vacances), il est temps de s’y mettre. Et pour ça, deux solutions s’offrent à vous : aller travailler dans un bar, ou sortir avec un israélien. Et de vous à nous, entre servir des demis à des touristes éméchés ou servir un café à votre adorable conquête… il n’y a pas vraiment photo. Alors oui, les israéliens parlent anglais. Avec cet accent qui vous fait irrémédiablement penser au Zohan. Mais une fois de sortie avec ses amis, vous serez obligée de vous y mettre. La bonne technique : commencez par lui demander de vous parler hébreu, et vous lui répondez en anglais. Au bout de quelques mois de cet oulpan maison, vous pourrez être enfin autonome pour vous débrouiller dans la vie de tous les jours.

2. Lui, vous, et le reste du monde.
Les français de Tel Aviv, c’est “une grande famille”. Et qui dit “grande famille”, dit parfois consanguinité. Attention, rien de “faites entrer l’accusé” mais en revanche, vous avez de grandes chances, en ne restant qu’avec des français, de vous retrouver un jour en date avec Simon B., le cousin de Sacha B., que vous aviez daté été 2004 lors d’un voyage taglit. Bref, à Tel Aviv, votre réputation vous précède, et pour cela, pas besoin de passer à la télé. Au bout de quelques années, vous connaissez tous les français célibataires de votre tranche d’âge, vous guettez les nouveaux arrivants dans l’espoir que dans le lot il y ait enfin le bon… alors qu’un autre univers vous attend ! L’univers des israéliens !

3. Exotisme quand tu nous tiens…
Du prénom aux habitudes alimentaires, préparez-vous à une révolution amoureuse. On oublie les Nicolas, Jordan ou Jeremy, et on découvre Ofir, Yariv, Oren, et autres prénoms que vous avez rarement croisés boulevard Voltaire. Sortir avec un israélien, c’est faire connaissance avec ses colocs, sa mère, son chien, en moins de trois rendez-vous. C’est se mettre à aimer la shakshuka au petit-déjeuner. Et c’est tout un travail de fond pour avoir un vrai dîner le soir. On oublie ses repères, et on se laisse (un peu) faire.

4. Touriste, moi, jamais !
Découvrez ENFIN le vrai prix des choses. Oui, un taxi pour Ramat-Gan depuis le centre de Tel-Aviv ne coûte que 50 shekels, même un soir de shabbat…là où la même somme vous a été demandée pour faire “Rothschild / Gordon”. Oui, il y a d’autres endroits pour faire les courses que l’AM-PM. Oui, il existe d’autres plages que celles de la Tayelet. Même des plages où vous n’entendrez pas un mot de français.

5. Israélisez-vous !
On ne le dira jamais assez, si vous voulez réussir votre alyah, il faut vous in-té-grer ! Si vous restez dans le microcosme français, en travaillant en français, en n’évoluant qu’entre français, on prend le pari que l’on vous retrouve dans 10 ans sans amis israéliens. C’est un choix que vous pouvez évidemment faire, mais n’en devenez pas prisonniers. Parmi les israéliens il y a des gens formidables, et une étude tout sauf scientifique réalisée sur l’échantillon non représentatif de 4 copines montre que même si ça ne marche pas amoureusement, les israéliens ont tendance à rester amis avec leurs conquêtes.

Alors les filles vous en dites quoi ? Prêtes à céder aux avances du monsieur muscles du 3ème étage? Néanmoins attention, il y a aussi de bonnes raisons de ne PAS sortir avec des israéliens :

– 1. le choc des cultures :
Imaginez sortir avec un garçon qui ne connait rien de votre culture. Qui ne rit pas à vos blagues (Martoni, tu bluffes), avec qui vous avez tout un socle culturel différent (films, musique, émissions de télé, comiques). Alors ok, on ne fonde pas un couple avec trois vannes des Nuls et l’intégrale de Goldman, mais il est vrai que de manière naturelle, les français de l’étranger ont tendance à se rapprocher, car ils partagent une histoire, culture, ou éducation commune.

– 2. Il y a Israël… et il y a Tel Aviv.
Tel Aviv, c’est une ville qui va vite, qui pullule de célibataires, de touristes, de gens de passage… ville réputée volage, dans son ensemble. Et ce sont principalement ses habitants qui en font la réputation. Bien sûr il existe des exceptions, mais il est vrai qu’autant trouver un israélien est aisé, le garder se complique déjà un peu plus…

Alors, verdict ?

Ne nous regardez pas comme ça, on ne va pas vous dire avec qui sortir ! Oui, réussir son alyah c’est aussi sortir de sa zone de confort, mais préserver un peu de cette zone vous aidera dans les moments plus difficiles. Ne vous fermez pas. Sortez, vivez, amusez-vous… n’oubliez pas qu’ici, demain n’existe pas, et l’histoire s’écrit au présent !

(415)