Recherche commerciaux motivés, fixe+prime+challenge, société régulée

Nina Blum

NINA BLUM

« Recherche commerciaux motivés », « fixe+prime+challenge », « société régulée »…
Vous les avez vu au moins 50fois pendant votre recherche d’emploi en arrivant en Israël !

Aujourd’hui, même ceux qui recherchent du travail précisent « pas de call center ».
Alors en arrivant en Israël êtes vous obligés de passer par la case « téléphone »?
Évidemment non, mais j ai envie de dire que c’est probablement la solution la plus rapide et facile pour trouver un emploi et faire rentrer un peu de sous.
Ces boîtes peuvent paraître alléchantes, un fixe parfois le double d’une société israélienne, dans votre langue maternelle et du choix à n’en plus finir.
Vous pourrez faire jusqu’à 10 entretiens dans la même rue et tous s’adapteront à vos contraintes d’oulpan.
Mais s’il est effectivement facile d’intégrer ce genre de travail il est loin d’être un objectif professionnel.

Mais d’abord laissez moi un peu vous raconter ce que c’est qu’un travail de call-center.

Vous passerez un entretien au cours duquel on se moque un peu que vous soyez réellement motivé parce qu’ on sait d’office que vous ne l’êtes pas.
On sait aussi que si au bout de 2 semaines vous n’avez pas fait vos preuves on vous remerciera gentiment (ou pas…).
Malgré tout, évitez l’excès de confiance en disant au recruteur « le téléphone c’est pas mon truc » parce que je sais pas si certains l’ont compris mais les calls c’est des appels… Véridique et vécu!
En revanche ça sera humainement particulièrement « comique », vous travaillerez dans un monde que vous n’aurez pas connu en France, avec à chaque fois des personnalités particulières:

 – Celui qui doit passer sa vie à la plage sûrement, parce qu’il arrive tout le temps en short et en tong ou en vieux jogging baskets. En détente…

 – Celui encore plus détendu qui viendra un peu quand il voudra. Qui en France se serait fait virer au bout de 2 jours mais qui sera toujours là après 3mois.

 – Celle qui peut te parler des call center de tout Israel car elle est allée partout, elle a fait du forex, de l’assurance, de la prévoyance, des panneaux, de la voyance… Et parfois le tout dans un même bureau et en 2mois!

 – Il y a aussi celui qui est très angoissé car il vient de se faire avoir par un bureau qui ne l’a pas payé pendant 3 mois. Me demandez pas pourquoi il est resté 3 mois j’ai pas encore compris le concept!

 – Celui qui s’est fixé l’objectif de gagner 15000 nis et demandera constamment après la confirmation de ses contrats. Il mangera contrat, dormira contrat…

–  Celui la portera nuit et jour des lunettes de soleil et passera ses week-ends à Eilat au moins 2 fois par mois.

 Mais tous seront des collègues très sympas avec qui vous partagerez cette même « galère ».
Et ne vous étonnez pas si un jour vous êtes 20 et le lendemain 5. Restriction de budget…

Prévoyez également d’être polyvalent, votre patron est un business man. Vous pouvez faire une semaine d’assurance et le lendemain on vous demandera de vendre du service aux entreprises. Oubliez tout ce que vous avez appris, recommencez!

Maintenant que vous connaissez tout ce petit monde vous vous demandez pourquoi, alors que vous aviez une situation normale en France, vous vous retrouvez à vendre du fromage à un allergique au lactose.

Vous commencez à comprendre que ça ne va pas pouvoir durer et vous vous demandez quoi faire?

La vie est dure en Israël, professionnellement les salaires sont très bas mais c est aussi un pays où vous pouvez vous surpasser et démontrer ce que vous valez.

D’abord sachez que le ministère de l’intégration finance partiellement certaines formations jusqu’à 7000 nis. Ca s’appelle le « watcher »

Si vous aimeriez vous reconvertir professionnellement c’est peut être une piste à explorer? Par ici: www.moia.gov.il

Si vous êtes un peu sportif et que vous aimez ça, ce pays a une importante culture du sport et de la nutrition saine. Le wingate institut dispense des formations de coach sportifs. Allez jeter un œil par là: www.wingate.org.il

 Si vous aimez le contact, que vous êtes patients et que vous avez peut être quelques notions des premiers soins vous pouvez vous proposer pour du service à la personne. Beaucoup de personnes âgées sont dans ce pays et parfois la famille ne peut pas être constamment à leurs côtés.

Pour les plus courageux, si vous avez quelques notions d’hébreu et/ou d’anglais, vous pouvez postuler comme serveur ou vendeur. C est une excellente expérience et ça vous permettra d améliorer votre hébreu en un temps records.

Et pour finir, souvenez vous que vous êtes venus pour vous réinventer! Suivez vos envies et exploitez vos dons! C’est peut être le moment de vous mettre à votre compte et de créer votre propre petite société. Vous avez aussi le droit à des avantages pour la création d’entreprise. L’agence juive propose des entretiens avec des conseillers fiscaux. Aide entièrement financée par le ministère de l’intégration.

Ce magnifique pays voit encore naître beaucoup de nouveaux projets, pourquoi pas le votre?! Prenez des infos par là: www.jewishagency.org/fr

Sur Facebook vous trouverez des annonces intéressantes sur « travail pour français en Israël » où vous verrez circuler des annonces plus variées que sur les groupes communs.

Faites également un tour sur israjob.co.il


 

Ne vous découragez jamais.

Il faut du temps pour trouver le bon chemin mais vous ressortirez plus fort de toutes ces expériences.
J’en ai pleuré parfois, d’avoir le sentiment de tourner en rond sans trouver un travail intéressant et sérieux. Mais dites vous toujours que c’est votre courage qui paiera.

Mais si toutefois vous décidez quand même de décrocher le téléphone voici un petit lexique des mots utiles:

– Contrat: papier qui ne vaut pas grand chose où on stipulera votre numéro de teouda Zeout pour se protéger.

– Fixe: somme variable selon les humeurs. Si vous êtes engagé à 40 nis dans une semaine ça peut être 30… Ou 50!

– Prime: petits sous après lesquels vous allez courir parce que c’est ce qui vous fera gagner un « bon » salaire mais qui finalement est plutôt difficile à obtenir car ce qu’on ne vous dira pas tout de suite c’est qu’il dépends de si le client confirme son rendez-vous, son contrat…

– Challenge: carotte au bout du bâton. Souvent inexistant même si il était stipulé dans l’annonce.

– Déballe: petit texte accrocheur que vous allez apprendre par cœur et qui selon votre boss, va vous permettre d’être le meilleur commercial de tous les temps!

– Lead: pages jaunes que vous appellerez en long en large et en travers.

– Patron: souvent il n’y en a pas qu’un et vous ne saurez jamais qui il est vraiment.

– Crm: interface informatique que vous connaîtrez de toutes les couleurs et que vous apprendrez sans cesse à utiliser selon ce que vous vendrez.

– Collègues: oubliez ça, ils seront toutes les semaines différents

– Paye: dû de vos efforts que vous attendrez comme le messie chaque 10 du mois, qui ne sera jamais la même et que vous ne comprendrez jamais.

– Nessiot: petit plus sur votre paie. Obligatoire. Équivalent de la moitié de votre passe navigo pour les parisiens.

– Décommission: grosse déception. Si votre client décide de renoncer à son contrat que vous aviez fait il y a un mois et pour lequel vous avez touché votre prime, certains patrons décident de récupérer cette prime sur votre nouvelle paie.

Nom: pseudo qu’on vous demandera de choisir pour avoir l’air de tout sauf d’être juif auprès de vos clients. Vous aurez un « nom de scène ». Dans la réalité c’est beaucoup moins glamour que sur le papier. Ça sera Vasseur, Gerard, ou Lambert… C’est beaucoup plus vendeur que Soussan, Zerbib ou Friedmann, même si vous avez déjà fait vos preuves avec ce nom dans le sentier!

Malgré tout ça certaines sociétés recherchent des commerciaux pour des emplois tout à fait corrects et sont très bien structurées. Souvent il s’agit de sociétés ayant déjà des bureaux en France depuis un certain temps. Alors si vous ne voulez pas faire des entretiens tous les 2 mois renseignez vous bien sur l’endroit où vous postulez et beatslaha!

Nina Blum

Nina Blum

Un peu française, un peu Suisse, beaucoup israélienne.
Un peu ola hadasha, un peu passionnée, beaucoup sioniste.
Fraîchement arrivée en israel elle prends ses stylos pour dépeindre de toutes les couleurs les sentiments que lui inspire sa nouvelle vie et l'actualité.
Nina Blum

Laisser un commentaire