S’il ne devait en rester qu’une : mère juive ashké ou mère juive sef ?

Noya

NOYA


Parce que chez Roots on aime bien te surprendre, on a eu envie de te proposer un nouveau truc complètement inédit et auquel tu n’avais jamais pensé avant (non, on t’emmènes pas en club échangiste) : on te propose de choisir ta mère. Ashkénaze ou séfarade, à toi de décider ! Nous on te donne juste quelques pistes de réflexion.


1. Origines

Mère séfarade
Le bassin méditerranéen, principalement les pays d’Afrique du Nord comme la Tunisie, le Maroc et l’Algérie. Il y en a dans d’autres contrées voisines mais on les entend moins.

Mère ashkénaze
L’Europe de l’Est, donc elle peut venir aussi bien d’Alsace que de Pologne, d’Allemagne ou de Hongrie. Il y en a dans d’autres contrées voisines mais tu te trompes, elles ne sont pas juives. Non non non.


2. Particularités

Mère séfarade
Te trouve toujours trop maigre, estime que tu ne manges pas assez (ou alors très mal) et t’engueule, s’inquiète quand tu as 4 minutes de retard et t’envoie une carte postale quand elle ne t’a pas vu au moins une fois dans la semaine. Fait très bien semblant de pleurer.

Mère ashkénaze
Te trouve trop maigre mais ne te dit rien, étant elle-même plus fine qu’une brindille, estime que tu ne manges pas assez et te fait culpabiliser en te parlant de ses grands-parents qui n’avaient pas ta chance, imagine le pire quand tu as 3 minutes de retard et se terre au fond de sa chambre quand tu ne l’as pas appelée au moins une fois dans la semaine. Ne sait pas pleurer.


3. Les fêtes

Mère séfarade
Prépare des tonnes (même si vous êtes trois) (ceci étant a-t-on déjà vu une famille séfarade de trois personnes ?), souvent dans la précipitation. A toujours peur de manquer de temps, de vin, de couverts, de chaises et de charcuterie pour l’apéro. Ne te laisse pas rentrer chez toi sans t’avoir mis dans les bras cinquante Tupperwares de restes. Parce que tu es trop maigre (voir plus haut).

Mère ashkénaze
Les fêtes ? Quelles fêtes ? Tu veux dire Pâques ? Noël ? On fera une dinde farcie, comme d’habitude.


4. Quand tu es en couple

Mère séfarade
Le jour où tu lui as parlé de l’élu(e) de ton cœur et que tu as bien précisé que c’était sérieux, elle a fait une drôle de tête mais a insisté pour connaître cette personne au plus vite. À table, elle lui a posé encore plus de questions que le mec de la sécurité à l’aéroport Ben Gurion. Après votre départ, tu as attendu son verdict avec encore plus d’appréhension que les résultats du bac. Elle t’appelle pour te dire qu’elle l’adore ou qu’elle la (le) déteste (pas de demi-mesure) mais que ce n’est pas le plus important. Le plus important c’est que c’est ta mère et qu’elle t’aimera toute sa vie alors le principal c’est ton bonheur.

Mère ashkénaze
Vous irez boire un chocolat chaud dans un salon de thé quelque part dans Paris. Pendant que ta moitié ne parlera pas (beaucoup), que ta mère ne parlera pas (du tout), toi tu essayeras de combler les blancs, au centre de ce drôle de triangle. Elle reglera l’addition en vitesse, te lancera un laconique « Je t’appelle plus tard », saluera poliment ton âme sœur (elle-même au bord de l’agonie) pour finalement te dire quelques jours plus tard au téléphone qu’elle est ravie que tu aies trouvé une personne aussi formidable.


5. Ordonnance

Mère séfarade
Du Lexomil : pour qu’elle se calme.

Mère ashkénaze
De la vitamine C : pour qu’elle soit un peu plus enthousiaste.


6. Grandes qualités et petits défauts

Mère séfarade
– Toujours heureuse de te voir
– Expansive et enjouée (ou épuisante, ça dépend du point de vue)
– Curieuse (de tout) (mais surtout de ta vie privée)
– Généreuse
– A le sens de la mesure (à sa manière, c’est-à-dire pas du tout)
– Bonne cuisinière (mais pas pour Weight Watchers)

Mère ashkénaze
– Calme
– Prévenante
– Soucieuse (ou parano, ça dépend du point de vue)
– Prudente (ou hypocondriaque, ça dépend aussi du point de vue)
– Optimiste (à sa manière, c’est-à-dire pas du tout)
– Angoissée (un peu, beaucoup, passionnément ou à la folie)


 

Ça y est, tu as fait ton choix ? Non, tu hésites encore ? Sache que, quoi que tu fasses, qu’elle soit ashké ou sef, une mère juive restera avant tout une mère juive, c’est-à-dire une maman aimante et attentionnée dont toutes les caractéristiques sont amplifiées au centuple et qui n’a qu’une seule et unique préoccupation : toi ! Toi, ta santé, ton bonheur… et l’état de ton appart.


 

Noya

Noya

Avant, j'étais parisienne et je m'appelais Laëtitia, mais ça, c'était avant. Si je viens vivre en Israël, ce n'est pas pour le jus de mangue et la limonana, c'est parce que mon coeur et ma tête me le dictent. Et pour une fois que ces deux-là sont d'accord, je ne pouvais décemment pas laisser passer l'occasion.
Noya

Laisser un commentaire