Tou BeAv, la vraie histoire qui tout de suite te donne moins envie d’emballer…

Oriane

ORIANE

Le 15ème jour du mois de Av, ce 31 juillet en Israël, on célèbre la fête des amoureux… Une forme de Saint Valentin locale.
Les statuts Facebook fusent: « ani ohevet otha neshama » ou encore des « se sent aimé <3 », des photos cucu-la-praline de couples qui s’embrassent défilent, des demandes de fiançailles en masse… que de romance dans l’air.
Ce jour-là, les couples vont au restaurant, et les israéliens se mettent même parfois sur leur 31 (oui, c’est possible) !

Bref, en cette journée si particulière, l’amour est au rendez-vous… ou presque ! Je me dois de vous raconter la vraie histoire de cette fête, pour que vous ne vous fassiez pas entourlouper par un Israélien-ne un peu trop charmeur-se.

Cette fête nous vient de la Bible, c’est une fête qui célèbre le mariage et la procréation. C’était l’un des jours les plus festifs du temps du Temple de Jérusalem, raconte-t-on. Si on se réfère à la Torah, c’est dans le livre des Juges qu’est évoquée cette célébration.

Cette belle fête de l’amour, c’est en réalité l’histoire de kidnappings de masse organisés afin de permettre la survie de la tribu de Benjamin…

L’histoire est la suivante : une guerre des tribus commence après le viol et l’assassinat d’une maîtresse Lévite par des hommes de la tribu de Benjamin. Ceux-ci sont alors exclus (Juges 21:6) et livrent une bataille aux Enfants d’Israël (Juges 20:14). Le troisième jour de la bataille, ce fut un vrai massacre, 25 000 fils de Benjamin sont tués (Juges 20:35). Après ces jours terribles, les enfants d’Israël éprouvèrent un peu de peine pour la tribu de Benjamin (forcément, une fois avoir tué la moitié d’une tribu, tu ne te sens pas toujours bien) et une question se posa parmi les fils d’Israël : quelles femmes allions-nous donner aux hommes survivants pour que perdure la tribu de leur frère Benjamin ?

Problème, les hommes d’Israël avaient juré de ne jamais donner leurs filles pour femmes aux hommes de la tribu de Benjamin (Juges 21:1)… On leur donna les femmes vierges de Jabès en Galaad que l’on amena dans le camp de Silo, dans le pays de Canaan. Mais pour les petits coquins, il n’y en avait pas assez ! On leur dit ainsi que chaque année avait lieu une fête de l’Eternel à Silo (Juges 21 :19) : il fallait que les fils de Benjamin se cachent dans les vignes de Silo pour créer une embuscade ainsi, lorsque les filles de Silo sortiraient pour danser, ils pourraient tranquillement enlever les filles pour en faire leurs femmes et s’enfuir au pays de Benjamin rebâtir des villes et des familles ! L’amour, avec un grand Aleph.

Les Juges nous rappellent quand même qu’ « En ce temps-là, il n’y avait point de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui semblait bon. » (Juges 21:25) Ha, ça va alors, me voilà rassurée.

Alors selon les uns, le 15 du mois d’Av, on fête l’amour, selon d’autres, le 15 av est une fête agricole. Quoi qu’il en soit, voilà ce que l’on célèbre ce jour-ci. Alors, la fête des amoureux… ils sont mignons les Israéliens, mais il ne faudrait quand même pas déconner !

Oriane

Oriane

Etudiante franco-israélienne à Sciences Po, pour moi, Israël, c’est plus qu’une destination de vacances, c’est une passion. Je suis tombée éperdument amoureuse du sud d’Israël, du Néguev, son immensité et son silence criant. J'ai étudié à Beersheva, à l’université Ben Gurion. Beersheva ? Mais qu’est-ce que je suis allée foutre là-bas… Allez comprendre, la chaleur aride et les tempêtes de sable, je préfère ça à l’humidité Tel Avivi, mais aussi le vivre-ensemble qui anime cette ville si différente des autres cités israéliennes.
Je suis musicienne et chanteuse à mes heures perdues, vous pourrez sûrement me croiser aux open mic’ de Tel Aviv, Jerusalem ou Beersheva. Vous l’aurez compris, artiste torturée, je philosophe (un peu trop) et joue des mots pour faire passer des messages, pour transmettre ce que je considère comme crucial.
Oriane

Laisser un commentaire