La vraie histoire d’Adam et Eve que personne n’a jamais osé raconter

Sarah Koskievic

SARAH KOSKIEVIC

À 6 ans, ma mère m’a collé au Talmud Torah tous les dimanches matins.

À 6 ans, j’avais déjà compris que je n’allais pas aimer me lever à 7h du mat’ pour qu’on me raconte une histoire qui commence par un mec et une meuf à poil qui se tiennent le crachoir autour d’une tarte aux pommes. Puis, j’ai grandi et je me suis (re)penchée sur la Genèse, parce qu’il y avait des incohérences flagrantes, et voici ce que j’ai compris.

Previously, dans la Genèse : Dieu a pris six jours pour la Création, laquelle inclut les cieux et la terre, la lumière et les ténèbres, l’eau et plusieurs autres trucs qui nous permettraient de vivre tranquillou sur Terre.

En début de deuxième semaine, Dieu a créé l’Homme. Il a ramassé un peu de poussière qui trainait par là et a façonné Adam. Alors, pour Adam, c’est pas clair dès le départ parce que c’est l’Homme, avec un grand H. Il est donc, par définition homme et femme à la fois. Mais comme ça fait chier tout le monde de s’interroger sur le sexe d’Adam, admettons que ce soit un mec.

Adam, je vous le dis tout de go, il était vachement beau gosse.
Enfin, on en sait rien, mais j’espère que le premier homme sur la planète était un avion de chasse. Notre beau gosse est là, mais pour pas qu’il s’emmerde à rien foutre sur sa planète où il est tout seul, Dieu lui offre un poste de jardinier au Jardin d’Eden. Ça, ça sent le boulot chiant et mal payé. Ça me rappelle quand j’ai fait mon volontariat civil et qu’on nous demandait de faire du jardinage dans le désert du Negev. Foutage de gueule absolu.

Le Jardin d’Eden, c’est toutefois plutôt cool financièrement parlant puisqu’Adam pouvait manger ses 5 fruits et légumes par jour pépère et gratos, sauf… SAUF les fruits de l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal. Dans la mesure où Adam est un mec qui ne s’interroge pas sur le fait qu’il soit constamment à poil, on comprend bien que les interdictions alimentaires ça lui en touche une sans faire bouger l’autre.

Au bout d’un ou deux épisodes de la Genèse, Adam se met à parler avec les troncs d’arbre et Dieu comprend qu’il faudrait mieux ne pas le laisser seul à ratisser le Jardin, sous peine de payer des frais d’hospitalisation à Sainte-Anne effarants, quand ça sera créé. Alors là, Dieu il nous fait un move un peu chelou, digne d’un trafiquant d’organes brésilien : il endort Adam pour lui voler une côte. Et de cette côte, grâce à un subtil trucage, il créé Eve. Eve aussi est belle. Eve aussi est nue. Mais ça, ça n’a pas l’air de déranger Adam.

Là encore, il y a un truc pas super clair. Adam et Eve sont-ils frère et sœur ? Amis ? Amants ? On en sait rien. Ils sont en tout cas nés adultes, sans avoir vécu l’époque bénie de l’enfance et des pains au chocolat à la sortie de l’école et ça, ça fait plutôt flipper.

Toujours est-il qu’ils sont tranquillement dans le Jardin d’Eden, à rien foutre de la journée, même pas une téloche pour Netflix and Chill un peu.

Conséquence immédiate : ils cherchent des conneries à faire. Ils n’ont pas eu à chercher beaucoup puisque qu’apparaît un serpent qui ressemble vaguement à Kaa dans le Livre de la Jungle, mais sur pattes.

Le serpent, rusé comme un singe et doué de parole, fait du charme à Eve pour qu’elle mange le Fruit Défendu. Un serpent parle ? Passons. Le Fruit Défendu, qui est donc le fruit de l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal, si vous avez tout suivi, c’est une pomme dans l’imaginaire collectif. En réalité, c’était plutôt une figue mais comme nous n’avons aucun moyen de vérifier cette information, restons sur la Pink Lady.

Il faut bien comprendre que le serpent, c’est un peu le Ally McBeal du Jardin. Il avait préparé une plaidoirie thèse/antithèse/synthèse pour convaincre Eve de s’enfiler la pomme avec le trognon.

L’idée majeure qu’il a avancé c’est que ce fruit donnera la même connaissance aux humains que celle qu’à Dieu, et auront accès à l’intelligence.

Ni une ni deux, elle croque dans la pomme et donne la moitié à Adam. Et… ce qu’il devait arriver arriva, ils ouvrirent les yeux – métaphoriquement s’entend –, comprirent qu’ils étaient nus et se couvrirent de feuilles de figuier.

Je peux vous dire que la réaction de Dieu ne s’est pas fait attendre. Il a pris Adam, Eve et Kaa entre 6 yeux et a distribué les heures de colle sans coup férir.

L’Éternel dit au serpent, je cite : « tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. »

Il dit à Eve, je cite : « tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. »

Il dit à Adam, je cite : « c’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. »

Fin de citations.

Et comme la trêve hivernale n’avait pas encore été inventée, ils se sont fait expulsés du Jardin d’Eden sans préavis.

Je vous spoile un peu la fin mais sachez qu’Eve et Adam ont eu trois adorables fils : Caïn, Abel et Seth (dont personne ne souvient et qui aurait épousé sa sœur, en plus) et une foultitude d’autres enfants qui ne sont pas mentionnés dans la Genèse. Tout aurait pu aller bien dans le meilleur des mondes si Adam n’avait pas déclenché le courroux de Dieu. Mais, peut-être consécutivement à l’embrouille dans le Jardin d’Eden, se produit un drame : le premier meurtre du genre humain, Caïn, rongé par la jalousie, tue son frère Abel.

Mais ça, c’est une autre histoire.

Sarah Koskievic

Sarah Koskievic

Avant, je croyais que j'étais turbulente. En Israël, ça s'appelle la hutzpah. Depuis, j'ai arrêté les médocs.
Sarah Koskievic

Laisser un commentaire