Zikaron basalon : un témoin, un salon, des invités… et le devoir de Mémoire préservé

Nissim

NISSIM SELLAM

L’histoire

Il y a 6 ans Adi Altschuler se rend à une cérémonie officielle afin de commémorer le jour de Yom Hashoah, ce jour consacré à la mémoire des 6 millions de juifs assassinés par la barbarie nazi, c’est sur place qu’elle constate l’absence cruelle de gens de son âge. Des vieux, des anciens déportés, des enfants de déportés, mais pas un môme en dessous de 25 ans. Ainsi elle prend conscience du fait que sa génération est en train de se détacher complètement de l’idée même que représente la célébration de Yom Hashoah et son corollaire, le devoir de mémoire.

Un an plus tard le même jour, elle décide d’inviter chez elle un survivant afin que celui-ci raconte son histoire à une assemblée composée de ses amis. Elle s’en souvient encore, l’intimité de cette rencontre créée par le récit du rescapé en huis-clos, à généré une émotion très forte auprès de ceux qui étaient présents ce soir là. Une émotion qui cristallisa à tout jamais ce lien qu’elle avait perçu si distant un an auparavant.

Il a fallu une deuxième année pour que naisse le concept de « Zikaron basalon ». Cette fois elle n’était plus toute seule à accueillir un survivant dans son salon afin qu’il témoigne, cette fois ils étaient 50 à participer à cette initiative. D’année en année l’idée a fait son chemin en Israël, en 2015 plus de 4000 personnes (cela représente 150,000 participants) ont accueillis chez eux un témoin de cette sombre époque afin qu’il vienne raconter aux plus jeunes cette histoire, notre histoire, ton histoire.

 


Mais au fait Zikaron basalon c’est quoi ?

C’est l’histoire d’un voyage à travers le temps accompagné d’une dame appelé « la mémoire » venue témoigner de son vécu afin que nous en devenions à notre tour les gardiens. Cette histoire se passe au centre de ton salon, la soirée se déroule en trois parties :

1. Le passé – Le récit d’un témoin

Un témoin, cela peut être un survivant, un enfant de survivant (2ème génération) mais aussi un historien qui raconte, et partage ses mémoires aux personnes présentes dans le salon.
Suite au récit, une discussion s’engage entre celui-ci et l’assistance. 

2. Le présent – La partie artistique 

La première partie de soirée est souvent très chargée d’émotions. Afin de libérer les tensions, à cet instant, l’hôte, le témoin ou un intervenant partage une oeuvre en rapport avec la Mémoire : un poème, une chanson, un texte, des photos, des peintures…).

3. Le futur – Le débat

Dans cette dernière partie, un débat est ouvert entre les invites. Cet échange porte sur les sentiments qu’ils ont sur l’histoire qui vient de leur être racontée, en quoi pensent-ils que celle-ci a un impact dans la vie d’aujourd’hui, voire même sur le futur. A travers ce débat, l’idée est responsabiliser chacun envers son peuple, sa communauté.

Photo_article

Tu veux toi aussi participer ?

Cette année le jour de Yom Hashoah tombe le 4 mai 2016.
Que tu soit en France au Canada ou à Tombouctou si tu veux vivre cette expérience unique, en participant à une soirée Zikaron basalon, ou en organisant une pour inviter un témoin, des amis, voire même des gens que tu ne connais pas, il te suffit de remplir le formulaire suivant : http://goo.gl/forms/cYkKZszAHd 


Facebook : www.facebook.com/ZikronBaSalon
Site : www.zikaronbasalon.com

 

Nissim

Nissim

Quand j'étais petit mon Rav me disait toujours" Nissim arrête de dire des sh'touyes!". Depuis, j'ai grandi, et j'en ai fait mon métier. Passionné par Israël et par tout ce qui touche à la Création, deux sujets qui forcement sont propices à des Arrrrrrgh!, je continue de faire, ce que j'aime depuis toujours : créer, débattre et faire hurler, à la folie, passionnément, et peut-être même pour certains … pas du tout!
Nissim

Laisser un commentaire