Israel Tavor
ISRAEL TAVOR

Ah, le vieux truc de mettre un titre un peu provoc’ afin de capter l’attention du public.
Sauf que là, le titre reflète exactement ce que je pense.

Car je n’ai aucune raison, moi, d’être particulièrement fier d’être juif. Je n’ai ni découvert la théorie de la relativité générale, je n’ai pas écrit “À la recherche du temps perdu”, je n’ai pas, aux dernières nouvelles, obtenu le moindre Prix Nobel (au grand désespoir de ma mère), je n’ai pas crée Google et je n’ai pas non plus composé La Javanaise.

Je n’ai pas non plus honte d’être juif. Non.

Car le contraire de la fierté, n’est pas la honte. C’est l’humilité.

Mais, je n’ai pas choisi d’être juif, ça m’est tombé dessus. J’ai eu le choix entre faire comme si de rien n’était et l’ignorer, et je suis convaincu que c’est fondamentalement impossible, ou assumer. À la limite je pourrais être fier d’assumer ma judéité, mais le simple fait d’être juif, j’y suis pour rien. Car comme certains sont sortis de la cuisse de Jupiter, moi je suis sorti de l’entre-cuisse de la mère, qui elle-même venait de sa mère. Et j’ai un peu de mal, par fierté sans doute, à être fier d’un truc pour lequel je n’ai pas la plus petite responsabilité, ni fait le moindre effort. Même un gagnant au loto a plus de mérite d’être riche… il a acheté son billet.

Je suis donc humble d’être juif. Derrière cette jolie phrase qui ferait très jolie dans une recueil du genre « Les plus belles pensées juives », il y a un côté « Qu’est-ce que je peux bien y faire? » .

Donc tous les Feujs criant sur tous les toits qu’ils sont fiers d’être juifs, en le répétant tel un mantra, espérant sans doute convaincre le reste du monde de toute notre gloire m’ont toujours inspiré une certaine gêne… et pour le coup, un peu de honte.

De toute façon, toutes les fiertés de ce genre me donnent le même sentiment. Fier d’être français alors que tu es né français? Pareil. Fier d’être algérien alors que tu es né algérien? Pareil. Fier d’être noir alors que tu es né noir? Pareil. Fier d’être gay alors que tu es né gay? Pareil. 

 Zéro raison d’être fier… 

L’humilité c’est juste prendre sur ses épaules tout le poids de ceux qui étaient là avant nous, et modestement tenté de passer le relai, et d’essayer d’être un peu à la hauteur du meilleur de cet héritage, en tentant, autant qu’on le peut, de l’améliorer ou du moins de ne pas trop le trahir.

Je ne suis donc pas fier d’être juif. Je suis en revanche fier d’être israélien: je l’ai choisi.

Donc personne ne peut-il être fier d’être juif?

Forcément si.

Les convertis sont ceux qui peuvent être fiers, car forcément, par définition, ils ont choisi d’être juif. Et surtout lorsque l’on connaît le parcours du combattant qu’est celui de la conversion.

Il y a encore quelques mois, j’aurais arrêté mon texte ici.

Mais je suis tombé sur cette video « C’est quoi être juif? » avec Marceline Loridan-Ivens.

 

Et comment avais-je pu être aussi bête…

Elle n’est pas convertie et pourtant disait « Je suis très fière d’être juive »  et montrant ce numéro tatoué par les nazis sur sa peau « J’ai payé pour être juive. » 

Elle avait toutes les raisons d’être fière.

Être fier d’être juif n’est jamais gratuit…

(179)