NOYA

L’exode vers la Terre Promise explose chez les Juifs de France. Ton humble servante (c’est-à-dire moi) (fais pas style que t’avais pas compris) est elle-même pleinement engagée dans le processus. Théoriquement, l’Alyah est un droit naturel qui nous revient mais, en pratique, c’est plutôt une grande aventure, un peu comme dans Koh Lanta ; la boue, le totem d’immunité et Denis Brogniart en moins. Il faut donc suivre quelques petits commandements que j’ai le plaisir de te livrer.


 1   Sûr de toi tu seras

Qu’on se le dise : faire son Alyah, c’est la décision de toute une vie. Il ne s’agit pas de partir quelques mois en vacances faire bronzette à la plage, se gaver de shawarmas et aller clubber le soir. Il faut aller à l’oulpan pour parler la langue, trouver un boulot, un appartement, payer ses impôts, découvrir et s’adapter à une nouvelle culture… Donc si tu pensais y aller les mains dans les poches et revenir au bout d’un an parce que la blanquette de veau te manque, un conseil : abstiens-toi. Une Alyah c’est un projet sérieux, pas un remake des Ch’tis à Mykonos.


 2   Ta mère tu ménageras

Une fois que tu auras mûri ta décision, prends quelques précautions avant d’en parler avec tes proches, surtout avec ta mère (sauf si bien sûr elle habite déjà Israël) (auquel cas tu peux passer directement au commandement suivant). Parmi les réactions que ta chère et tendre maman peut avoir, laisse-moi te présenter un large éventail de comportements potentiels : ignorance, impassibilité, haussement de sourcils, étonnement, incompréhension, déni, refus, larmes, voire flots de larmes, chantage affectif, séquestration et attachement à une chaise à l’aide d’une corde bien solide (tu savais pas que ta mère était experte en nœuds marins, avoue). Bref, tu as compris le concept : ça peut être assez violent pour elle. Eh oui, c’est ta mère, si elle pouvait, elle te garderait toute sa vie auprès d’elle ! Sois donc pragmatique dans ton approche et n’oublie pas de lui rappeler que «Loin des yeux loin du cœur » c’est rien que des bêtises.


 3   Rigoureux tu te montreras

On entre dans le vif du sujet. Achète un cahier, un stylo, un forfait illimité à la photocopieuse et fais des économies. Tu vas devoir suivre plusieurs étapes indispensables au bon déroulement de ton projet. Une réunion à l’Agence Juive pour commencer, puis un tour au Consistoire pour obtenir un certificat de judaïcité, un saut à la mairie pour ton acte de naissance, un envoi par email de documents au Global Center, un questionnaire à remplir en ligne… Si tu fais bien tout pas à pas et que tu te concentres, ça se passera bien.


 4   D’illusions tu ne te berceras pas

L’Agence Juive et le Global Center sont d’une aide précieuse. Mais ce sera à toi de faire les démarches principales. A toi de te rendre sur le site internet pour choisir la date de ta réunion, à toi d’appeler pour ouvrir ton dossier, à toi de prendre un rendez-vous au Consistoire. Tu pensais que tout allait se faire tout seul ? Désolée, mais c’est pas comme ça que ça marche. Après tout, tu es l’acteur principal de ton départ, pas figurant. Alors au boulot !


 5   Patient tu resteras

Dans la vie, tout n’arrive pas aussi rapidement qu’une pizza Domino’s en livraison. Pour l’Alyah, c’est pareil. Il arrive qu’on te donne une date qui va te sembler lointaine, que les démarches s’éternisent, que tu te sentes abandonné (ça y est, je me suis mis la chanson dans la tête, c’est malin). C’est normal. Et il ne faut surtout pas t’en inquiéter. Enfin… Dans la limite du raisonnable ! Si jamais tu comptes tes délais d’attente en trimestres, tu es autorisé à appeler le Global Center pour leur demander où ça en est. Mais dans le cas contraire, reste calme et profites-en pour commencer à vider ton appart.


 6   T’énerver tu éviteras

Suite logique du commandement précédent. Enfin si, tu peux t’énerver, enrager et stresser. Mais sache juste que ça ne sert à rien. Les choses n’avanceront pas plus vite. Après si c’est un prétexte pour justifier ta mauvaise humeur au travail, moi je décline toute responsabilité. Un conseil ? Mets-toi au sport : tu te défouleras sainement et en plus tu te muscleras. Ne me remercie pas, ça me fait plaisir !


 7   Précautionneusement tu te prépareras

Avec le temps va, tout s’en va, chantait Léo Ferré. Moi je te dis : avec le temps, tu te prépareras. N’attends pas le dernier moment pour trier, vendre, donner, jeter. Note toutes les choses que tu dois résilier (Free Box, carte UGC, électricité, Pass Navigo…) pour ne pas retrouver fort dépourvu quand le grand jour sera venu. En principe, tu as le temps de bien tout gérer sans te précipiter.


 8   L’attachement tu fuiras

Je n’ai toujours pas parlé d’histoires d’amour et personne ne s’en étonne ? Tout se perd ! Mais bon. Pendant ta période pré-Alyah, interdiction formelle de tomber amoureux et de te lancer à corps perdu dans une romance passionnée. La raison est évidente : tu vas partir dans quelques mois, as-tu vraiment envie d’avoir le cœur brisé ? Un conseil : garde tes sentiments non germés bien à l’abri de la lumière et laisse-les se développer en Israël. Les amours à distance, c’est pas vraiment recommandé et ça finit mal en général.


 9   L’hébreu tu apprendras

C’est vrai que quand tu vas arriver en Israël, ta première préoccupation sera de travailler plus pour gagner plus gagner un salaire pour pouvoir payer ton loyer et faire tes courses à la makolet. Oui, oui, je connais la pyramide de Maslow et les besoins élémentaires. Mais il ne faudra pas oublier d’aller à l’oulpan pour apprendre l’hébreu! Une bonne intégration ça passe majoritairement par ça. C’est gratuit, c’est obligatoire et, avec un peu de chance, ça va te permettre de te faire des copains et des copines (pécho ? Qui a dit pécho ?).


 10   A RootsIsrael accro tu deviendras

Un Like sur Facebook (un follow sur Twitter, un abonnement sur Instagram) suffit pour être abreuvé quotidiennement de bons plans, d’actualités, de photos, d’articles et de chroniques tous différents mais toujours intéressants et surtout, traités avec talent. Un media pas comme les autres 100% Israël et 100% authentique, rempli de bonnes vibes et d’amour. Un premier pas virtuel vers ton nouveau pays, en somme!

(134)