Israel Tavor
Israel Tavor

Yannick, je voulais t’écrire une lettre ouverte, mais finalement, non.

Tu ne la comprendrais sans doute pas. Pas une question d’intelligence, mais plus de sensibilité.

Entre gagner Roland Garros et chanter Saga Africa, qui avouons-le, est à l’Afrique Noire ce que La Zoubida de Lagaff est au Maghreb, je n’ai pas tout suivi de ta grande carrière.

Alors si je l’écris c’est sans doute pour moi, pour ceux qui ne comprennent pas comment tu peux te regarder dans la glace en réussissant à dire tout et son contraire.

Je t’arrête tout de suite car si tu penses que c’est ton soutien à Dieudonné qui me fait réagir, tu te trompes, ça ne me dérange pas, on en a vu d’autres… Tu as bien le droit de faire ce qu’il te plaît et de soutenir qui tu veux. Qui suis-je pour dire à quelqu’un ce qu’il doit faire? Personne.

Non, ce qui me laisse perplexe, c’est que tu le soutiennes avec si peu d’arguments et de constance et tant d’approximations et de mauvaise foi.

Je vais t’aider un instant à prendre conscience (on peut rêver) de l’étonnement qui me saisit en t’écoutant et te lisant.

Dans cette émission par exemple, tu t’offusques de la censure contre ton ami Dieudonné. Tu as le droit. Mais par pitié, quand tu prends l’exemple de Dieudonné qui fait aussi des sketchs sur les Camerounais et pas que sur les Juifs, tu oublies un peu vite, que ce ne sont pas simplement les blagues sur les Juifs qui posent un souci, mais ce sont ses interventions, ses propos hors de ses spectacles qui éclairent d’une manière évidente ses sketchs sur les Juifs… L’as tu entendu tenir hors de scène des propos sur les Camerounais du même genre que ce qu’il dit sur les Juifs? Non… Dans le même genre, Fabrice Eboué dit aussi des horreurs sur tout le monde, y compris sur les Juifs (tout en restant drôle)… et personne ne le censure, car il sait faire la distinction entre ce qui est du domaine de spectacle et du sérieux. Ton argument ne tient tout simplement pas.

Oui, tu le dis, tu n’es pas d’accord avec tout ce qu’il dit… mais quand même, selon toi il ne mérite pas tout ce qui lui arrive. Et c’est là que tu t’emmêles sérieusement les pinceaux.

Car dans cet article du Point reprenant toujours tes propos dans cette émission, tu es choqué.

Par quoi?

C’est là que ça devient très rigolo (comme quoi, en plus de sportif et chanteur, tu as sans doute loupé une carrière d’humoriste).

Par le Front National…

Par la faiblesse de l’engagement des autres artistes contre l’extrême-droite…

Et comme en plus tu es vraiment pas content, tu as sorti une chanson « Ma colère »…

Je n’ose pas imaginer le nombre d’électeurs potentiels du FN qui après t’avoir écouté vont miraculeusement prendre conscience de l’absurdité de leur vote… ou peut-être n’en auront rien à foutre en se demandant combien de mois par an tu résides en Suisse.

Et tu affirmes «Je vois des gens à la télévision qui disent des choses assez hallucinantes, et qui sont même de plus en plus populaires, ça me glace le sang parce que je me sens violé, rejeté personnellement.»… Tu parles de Zemmour. J’aurais pu dire exactement la même chose de Dieudonné…

Ça semble pourtant si évident, que le deux poids deux mesures que tu dénonces concernant Zemmour et sa présence dans les médias, tu ne l’appliques pas à tes amitiés avec un Dieudonné qui ferait passer Marine LePen pour une dangereuse gauchiste. Car Dieudonné est à la tolérance que tu prêches, ce que Nadine Morano est à l’intelligence ou Patrick Balkany à l’honnêteté… ça te donne une idée du niveau.

Ne te méprends pas.

Ton combat contre le FN, que ce soit en version originale à la sauce Jean-Marie, ou Light à la Marine, je le soutiens, même si les moyens me semblent inutiles, tu as sans doute raison de le faire avec tes seules armes.

Mais quelle crédibilité puis-je t’accorder quand tu relègues les affirmations de Dieudonné à de simples désaccords et ceux de Zemmour à des propos te glaçant le sang?

Aucune.

C’est soit tout l’un, soit tout l’autre… mais ton « indignation » ne peut pas être à la carte en fonction de ce qui t’arrange et de tes petites amitiés.

Cordialement (ou pas),

Israel Tavor

(163)